Administration de Mines : le Salvateur SG Jacques Ramazani obtient le soutien des agents face aux « mensonges » monnayés par un comptable déchu et frustré

Après avoir suivi avec regret les déclarations faites par le SG de SYNAFI (Syndicat National de Finances) AMISI ARIDI à travers les ondes de la Radio Top Congo contre le Secrétaire Général Ramazani, le Collectif des agents de l’Administration générale des Mines est passée en contre-attaque pour balayer d’un revers de la main lesdites déclarations.

À travers une déclaration signée par l’agent Kaluba André, le collectif des agents de l’Administration générale de Mines a chargé un comptable récemment remplacé pour « faute grave » d’être à la base de cette instrumentalisation.

« Nous venons ici recadrer les déviations mensongères de Monsieur AMISI, permanent de SYNAFI qui parle en lieu et place du délégué de l'intersyndicat aux Mines contre le Secrétaire Général aux Mines tout simplement par ce que le comptable affecté aux Mines a été remplacé pour fautes graves. C'est pourquoi ce dernier instrumentalise les syndicalistes contre le SG » peut-on lire à travers la déclaration.

À l’étonnement de tous les agents et des partenaires du ministère, le Secrétaire Général Jacques Ramazani Lutuba a été traité de dictateur et népotiste, d’empiéter les droits des syndicalistes à participer à la gestion de l’administration.

« Il n'y a jamais eu dictature dans l'administration sus dite, la délégation syndicale participe à toutes les commissions liées aux primes des agents, gestion du personnel et même celles liées aux dossiers des différentes sociétés minières. Ils ont donc un quota quant à ce » poursuit la déclaration.
Imperturbable et impertubé RAMAZANI
Jacques Ramazani Lutuba, Secrétaire Général du Ministère des MINES.

Ayant pris la gestion de l’administration centrale de Mines sous les vives tensions et la crise entre son précédent Joseph Ikoli et la Ministre des Mines Antoinette N’samba Kalambayi, qui avait fait couler beaucoup d’encre et salive, Jacques Ramazani Lutuba a pu assainir le climat de travail entre le Secrétariat Général et le Cabinet du Ministre.

N’eut été son savoir faire, Jacques Ramazani Lutuba ne serait pas confirmé Secrétaire Général après l’intérim qu’il avait joué. L’on se souviendra par ici de la tension vécue le jour de la remise et reprise entre lui et son prédécesseur. Ça fait partie du passé, parlons du présent !

Il est déjà connu de tous qu’un arrêté à problème signé par Joseph Ikoli, régularisant le statut des 4084 Nouvelles Unités à la place de ne traiter que pour 78 N.U, ne cesse de créer de la rivalité entre ceux qui se considèrent des ayant-droits et ceux qui estiment avoir bénéficié de l’appel au recrutement de la fonction publique signé par l’ancien ministre de la fonction publique Michel Bongongo, pendant les règnes de Joseph Ikoli.

Autant des correspondances émanant de la Ministre des Mines laissaient comprendre la volonté de cette dernière à mettre fin à cette cacophonie en demandant l’appui de l’actuel Vice-premier Ministre, ministre de la fonction publique Jean-Pierre Lihau à retirer cette mise en place, mais l’affaire semble être une mer à boire, et pour la Ministre des Mines et pour son préséant de la fonction publique.

Lire aussi  Mines : Pour Antoinette N'samba, le Contrat Chine-Rdc rénové est « le nouveau seuil du patriotisme à ne pas trahir »

Le tout puissant SG de SYNAFI (Syndicat National de Finances) comme se considère t-il, tente désespérément charger le Jacques Ramazani Lutuba sur un vieux problème que lui également a trouvé, dont il cherche résoudre.

Très agité et manifestement de mauvaise foi, Amisi Aridi a menti aux confrères d’une radio respectueuse locale que Jacques Ramazani Lutuba aurait glissé les noms membres de sa famille dans des missions concernant les Agents des mines qualifiés. Une affirmation à dormir debout, vide de tout sens.

Assez !

Pour le collectif des agents de l’Administration centrale de Mines, le fameux AMISI ARIDI est complice du désordre ayant élu domicile à cause de 4084 N.U. qui selon eux n’ont jamais presté mais qui sont malheureusement affectés dans différents services, cause de l’émiettement des primes et de l’incapacité d’accueil.

Face à cette dissension, le collectif des agents miniers invite le VPM de la fonction publique à peser de tout son poids pour assainir en toute urgence l’Administration de Mines

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *