Presse : les derniers instants avec le regretté éditorialiste José Nawej

C’est ce jour qu’ont eu lieu les obsèques de José Nawej à l’hôpital du Cinquantenaire, juste avant qu’intervienne l’inhumation à la Nécropole 1, à N’sele.

« L’homme n’est que poussière, et ne retournera qu’à la poussière », est écrit dans la Bible dans Genèse 3 : 19, comprenez le séjour de l’homme sur la terre n’est que de courte durée.

José Nawej n’appartenait pas seulement à sa famille, car sur la pelouse 1B de l’hôpital du Cinquantenaire, un nombre considérable ded personnes venues de plusieurs coins de la capitale, mais aussi du monde, pour rendre un dernier hommage à celui que l’on appelait « la plume intelligente ».

Parmi les personnalités de l’espace médiatique congolais ont répondu présentes sur le lieu, on compte Jean-Pierre Kibambi Shintwa, Willy Kalengay, Chantal Kanyimbo, Gaby Kuba, Nicole Dimbambo Kitoko, Jean-Marie Kassamba, et quelques personnalités politiques du pays, telles que Henry Mova Sakanyi, Bruno Tshibala Nzenze, Joseph Olenga Nkoy, Adolphe Muzito, et tant d’autres.

Pour le compte du gouvernement, il y avait le speaker de la Chambre haute du parlement, Modeste Bahati Lukwebo, le ministre de la Communication et des Médias, Patrick Muyaya Katembwe, lequel n’a pas manqué d’exprimer quelques mots pour la circonstance.

« Lui, c’était le maître des mots. Lui, c’était parmi les plus illustres historiens du présent actuel, et du passé souvent présent dans l’histoire politique de notre pays. Quand les faits, ou disons, l’histoire tend à se répéter, il connaissait les hommes, les femmes, et tous les méandres de l’histoire politique de ces dernières décennies. Il nous parlait et interpellait dans ses éditos parfois tranchants, mais toujours équidistants entre les faits et ses opinions »

a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « Sa plume qui me plongeait souvent dans des moments d’interrogation sur le sens de notre action, et bien souvent on trouvait l’angle pour réajuster le tir et mieux avancer dans une bonne direction. »

Il a renchéri en ces termes : « Il avait ce style qui ne pouvait laisser aucun décideur, du pouvoir tout comme de l’opposition, indifférent. »

Tour à tour, des hommes, des femmes de toute tendance confondue n’ont pas manqué d’exprimer leur plus grande tristesse, avant de déposer leurs gerbes de fleurs devant la dépouille de l’illustre disparu.

Lire aussi  Décès de José Eduardo Dos Santos: Félix Tshisekedi se souvient de son apport pour l’émergence de l’Angola

Notons, la levée du corps est intervenue à onze heures et demie, en direction de Nécropole 1.

Parent, José Nawej laisse 5 filles, parmi lesquelles on retrouve deux jumelles.

La rédaction d’infos-Express.com souhaite que son âme repose en paix pour l’éternité.

Shukrani MBILI (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *