RDC : plus de doute Nicolas Kazadi est innocent, « voici les pièces à conviction qui rétablissent la vérité et établissent les responsabilités »

Enfin la vérité est là ! Les preuves démontrent clairement que Nicolas Kazadi est victime d’une grande machination et d’un complot politique visant à nuire gratuitement son image dans un dossier ou il n’est ni de près, ni de loin, concerné.

Les dossiers lampadaires et forages, parce que c’est de ça qu’il s’agit vient de nous livrer d’autres informations très capitales. Plus de 90 pièces à conviction disculpent le l’Argentier National. Il s’agit là d’une documentation complète mise à la disposition de l’opinion nationale et internationale pour démontrer noir sur plan que le Patron des finances congolais n’a rien détourné.

Il s’agit de plus de 90 pièces retraçant toutes les étapes du financement de ces deux projets ainsi que tous les services intervenus à chaque niveau de décision jusqu’au payement. 

En parcourant ces documents certifiés, même les moins intelligents comprendront facilement que le Ministre des finances est victime de sa gestion orthodoxe depuis son arrivée à la tête de ce méga ministère.

Dans le dossier lampadaire, plusieurs pièces ont été dévoilées.

Il s’agit notamment de :

  • contrat relatif à l’acquisition et implantation de 2.594 kits solaires dans le réseau d’éclairage public de la ville Kinshasa ;
  • les demandes de financement de plus de 13 millions du Gouvernement de la ville de Kinshasa au Ministère des finances, le contrat entre la ville de Kinshasa et la société SOLEKTRA ;
  • la demande d’ouverture du compte par le Ministre provincial des finances et économie et coordonnées bancaires compte USD&CDF ;
  • Communication compte fonctionnement ville de Kinshasa afin d’y loger les fonds destinés à ce projet…pour ne citer que celles-là.
Lire aussi  Urgent : Reconduit Informateur, Augustin Kabuya appelé à compléter son rapport préliminaire

Les révélations dans le dossier Lampadaires

A lire le contrat d’installation des forages et de construction de stations mobiles de traitement d’eau de capacité de 2,5 et 10 M3/H, il est évident que l’argenter national n’a rien avoir.

Quelques observations à faire !

  • D’abord Nicolas Kazadi n’est pas signataire de ce document ;
  • Ce document a été signé alors qu’il n’était pas encore membre du Gouvernement ;
  • il n’a pas pris part à la conception de ce contrat évalué à plusieurs millions de dollars américains.

Pour démontrer le caractère innocent de Nicolas Kazadi, le Ministère des Finances a mis également à la disposition de l’opinion toutes les documentations y relatif.

En dehors du contrat, il s’agit de :

  • autorisation spéciale de la DGCMP de recourir au marché de gré à gré ;
  • avis de non-objection de la DGCMP ;
  • augmentation du nombre de stations à livrer sur la demande du ministre des finances ;
  • Accusé de réception de la lettre du Chef de file du Consortium par le Ministre d’Etat, Ministre du développement rural ;
  • instruction 0865/2022 du 02 juin-23.938.943 USD ;
  • instruction 2447/2022 du 28 novembre 2022-23.938.943 USD ;
  • instruction 1326/2023 du 29 mai 2023-10.000.000 USD ; instruction 2101/2023 du 23 août 2023-13.938.943 USD ;
  • Suspension des paiements par le Ministre des Finances jusqu’à la livraison définitive de 241 stations correspondant au montant déjà payé ;
  • demande d’un autre acompte par le Ministre du développement rural : 27.979.647 USD …

Dans ces révélations, l’objectif est de rétablir la vérité et établir les responsabilités dans ce dossier brulant pour lequel le ministre de finances avait demandé au Procureur Général près la Cour de Cassation d’élargir ses enquêtes afin de mettre la main sur les auteurs de détournement des deniers publics.

Lire aussi  RDC : Moïse Katumbi, un perdant inaudible aux abois (Édito)

La démarche vise également à prouver que c’est un montage pour nuire.

Nicolas Kazadi Kadima n’est impliqué ni de près ni de loin dans ces deux dossiers qui font couler encre et salive. C’est sa tête qui est visée.

Tout faire pour bloquer sa reconduction au Gouvernement Suminwa

Tous les coups sont permis en politique, dit-on ! Mais est-ce le prix à payer après avoir rendu les loyaux services à la nation ?

Telle est la question que se pose bon nombre de congolais. La démarche de détracteurs de l’argentier est de tout mettre en œuvre pour empêcher la reconduction au prochain gouvernement de celui qui a fait ses preuves à la tête du ministère.

D’ailleurs, tout le monde le sait pertinemment bien que la procédure en justice c’est pour bloquer sa reconduction au gouvernement.

Comment vilipender quelqu’un dans un dossier où il n’est intervenu qu’à la fin pour payer et a apporté sa contribution aux problèmes des coûts.

« Avant lui toutes les instances qui ont validé les deux projets, y compris l’IGF, personne n’a évoqué le problème des coûts »

dit un de ses proches.

Heureusement que la nouvelle Première Ministre a pris la ferme décision d’axer sa sélection en se servant des critères de compétence et d’expérience pour constituer sa nouvelle équipe.

Aussi, il sied de le souligner, si le FMI et la Banque ont renouvelé la confiance en la République Démocratique du Congo, c’est première à cause de la détermination du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, mais aussi parce que le Ministre des Finances a fait preuve d’une gestion saine et orthodoxe des finances du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *