Culture : Le Gouvernement et l’UNESCO arrêtent des stratégies pour développer les industries culturelles créatives en RDC

Dans une nouvelle passionnante, la ministre de la culture de la République démocratique du Congo (RDC), Catherine, s’est récemment rencontrée avec le représentant de l’UNESCO, M. Isaias Barreto, pour discuter de la mise en place d’une feuille de route de travail. Cette initiative vise à mettre en œuvre des stratégies pour développer les industries culturelles créatives, promouvoir et protéger les sites culturels, former le personnel et suivre les activités liées à la rumba.

Ils sont revenus sur les projets culturels de la diaspora congolaise pouvant créer des emplois au pays afin de lutter contre le taux du chômage dans le secteur culturel.

Kathungu Furaha a annoncé
sa décision de proposer le complexe Wagenia de Kisangani sur la liste représentative des patrimoines culturels de l’Unesco, tout comme le massif de Lovo. Et, la mise en place d’une liste de points focaux pour les différentes conventions de l’Unesco.

Cette séance de travail est une des retombées positives de la récente visite à Paris de la ministre Kathungu Furaha au siège de l’Unesco d’où elle est revenue avec les résultats de sa diplomatie culturelle et recommandations du Sous-Directeur Général pour la Culture, Ernesto Ottone, avant l’assemblée générale de l’Unesco prévue le 22 et 23 novembre 2023.

Les industries culturelles créatives offrent un potentiel énorme pour contribuer au développement économique et social d’un pays. La réunion entre Catherine Kathungu et M. Barreto démontre l’engagement de la RDC à promouvoir activement la créativité artistique et à exploiter son riche patrimoine culturel.

La protection et la promotion des sites culturels sont également au cœur des préoccupations de cette feuille de route. La RDC abrite une multitude de sites culturels d’une valeur inestimable qui nécessitent une attention et une préservation adéquates. La collaboration avec l’UNESCO permettra de développer des stratégies efficaces pour garantir leur préservation à long terme et leur mise en valeur.

Lire aussi  Bonne gouvernance : Catherine Kathungu Furaha se joint à IGF pour renforcer en capacité les mandataires publics du secteur culturel

De plus, la rumba, une danse et musique traditionnelle emblématique de la RDC, a été également au centre des discussions. La mise en place de programmes de formation pour le personnel travaillant dans les industries culturelles permettra d’améliorer leurs compétences et leurs connaissances, tout en contribuant au développement de cette forme artistique majeure.

Dans un proche avenir, la Ministre de la culture, arts et patrimoine et l’UNESCO ont prévu de lancer officiellement cette feuille de route de travail. Cette initiative conjointe témoigne de leur engagement à soutenir les industries culturelles créatives, à protéger les sites culturels précieux, à former le personnel et à suivre les activités liées à la rumba. Cette collaboration promet d’ouvrir de nouvelles perspectives passionnantes pour la culture et le développement de la RDC.

Youssef Branh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *