Exclusif : Et si « réellement » Félix Tshisekedi perdait à la Présidentielle de décembre 2023 ?

Et si Félix Tshisekedi perdait ? Une question d’aucuns ont du mal à se demander car il s’avère qu’en Afrique, aucun Chef de l’État n’organise les élections pour les perdre. Voilà pourquoi nous nous posons la question de savoir, si réellement le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo Tshilombo perdait à la prochaine Présidentielle prévue en décembre 2023, qu’adviendra t-il ? Tentative de réponse à lire dans la suite.

La faiblesse de l’opposition dans les actions à Kinshasa commence à faire douter sur une éventuelle défaite du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la prochaine Présidentielle. Ni Fayulu, Ni Moïse Katumbi, encore moins Matata Ponyo, personne n’a repris depuis deux ans les actions dans la rue pour manifester contre la gestion du régime actuel que ces opposants estiment chaotique. L’on assiste simplement à des discours, des émissions télévisées mais pas des appels à la mobilisation des congolais qui jadis UDPS et LAMUKA parvenaient à réussir.

Qu’on se le dise, le fail des opposants n’a rien à voir à ce que prévoit décider les congolais sur l’avenir de Félix Tshisekedi à la tête du Pays. C’est ainsi l’on constate une volonté continue du régime en place à pouvoir rattraper le temps perdu dans l’alliance FCC/CACH qui avait démontré ses limites.

La lutte pour la conquête du Pouvoir naît des promesses qui sont susceptibles à convaincre les électeurs. Oui Félix Tshisekedi, victorieux à la dernière présidentielle organisée par Joseph Kabila, qui venait de finir son second mandat, a dû promettre de redresser l’économie de la République Démocratique du Congo et mettre fin à l’insécurité qui gangrène la partie EST du Pays, éradiquer la corruption, améliorer le social des congolais et une bonne prise en charge des militaires et policiers, construire des routes et des grandes infrastructures afin d’intégrer totalement toutes les provinces de la République. Des promesses qui peinent encore d’être réalisées dans tous ses compartiments.

Les congolais, à qui Félix Tshisekedi a promis de faire de la «RDC, l’Allemagne de l’Afrique», ont une sanction positive ou négative qu’ils réservent au régime en place tant à la présidentielle qu’aux législatives en Décembre 2023.

Élections 2023, place à la conscience des congolais !

L’opposition aura du mal à prendre le dessus sur la volonté des congolais faute de confiance perdue. Les congolais ne seront pas facilement embourbés par la démagogie, il faudra, pour celui qui voudra gagner, mieux travailler pour séduire la majorité des électeurs afin de détourner leur aperçu sur le pouvoir en place par crainte de donner à cette dernière un second mandat.

Une nouvelle pression sur les épaules de Félix Tshisekedi et la CENI ( Commission Électorale Nationale Indépendante) à pouvoir dire la vérité des urnes à l’issue des prochaines élections. Un avertissement de taille emmenant de l’autorité suprême, le Pape François, de l’église catholique qui regorge plus de 51 millions des âmes sur les 107 millions des congolais qui sont appelés à choisir à nouveau un Président de la République.

Qu’à cela ne tienne, Félix Tshisekedi a encore son destin en main face à une opposition qui du reste demeure fragile du point de vue mobilisation des électeurs. Seul le congolais lui-même saura ce qu’y a de mieux pour lui après avoir confié ses cinq ans à FATSHI qui attend bénéficier à nouveau sa confiance pour un second mandat.

Édito de Noel Nzogu, DG d’Infos-Express.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *