Inflation en RDC : En 6 mois, les Fonctionnaires congolais ont perdu environ 13 % de leur pouvoir d’achat

Les Fonctionnaires Congolais salariés de la fonction publique ainsi que ceux œuvrant dans des institutions publiques ont perdu entre 10% et 13 % de leur pouvoir d’achat en six mois, 45% pour ceux qui évoluent au sein des entreprises publiques, d’après des études menées par le centre des recherche en finance publique et développement local ( CREFDL).

À entendre le CREFDL, cette tendance prouve que les institutions publiques aussi spéculent sur le taux de change, avec comme objectif d’enregistrer des bénéfices. Un agent qui gagne 350 000 CDF par exemple, équivalent de 233 USD au taux de change de 1500 CDF le dollar et 173 USD au taux budgétaire appliqué en 2023 (2021 USD pour 1 USD), enregistre une perte de 60 USD.

D’après cette organisation spécialisée sur les finances publiques, plusieurs entreprises publiques rémunèrent les agents aux taux de change de 2015. Ce qui constitue un manque à gagner important.

Ainsi, le CREFDL présente un tableau de taux appliqués au niveau de quelques entreprises publiques :

– ONEM : 920 CDF/1 USD;
– FPI : 2350 CDF/1 USD;
– DGI : 2450 CDF/1 USD;
– ONT : 960 CDF/1 USD;
– ONAPAC: 920 CDF/1 USD;
– EPST : 1500 CDF/1 USD;
– ANADEC : 930 CDF/1 USD;
– Fonction publique : 2021 CDF/1 USD.

Face à cette problématique , le CREFDL formule quelques recommandations au Gouvernement :

  • Uniformiser le taux de change applicable aux salaires des agents publics et autres opérations monétaires en République Démocratique du Congo ;
  • Procèder à la fermeture des bureaux de change clandestins non certifiés par la Banque central du Congo;
  • La dedollarisation dans le circuit de la dépense publique et dans le commerce ;
  • Le respect strict du taux budgétaire par le Gouvernement pour éviter les dérapages.
Lire aussi  RDC: C. Katungu Furaha soutient le forum national des ministres et chefs des divisions provinciales en charge du genre

Pour le CREFDL, les nouvelles mesures prises par le Gouvernement dans le cadre de la lutte contre la spéculation du taux de change ne pourront avoir un impact que si des enquêtes sérieuses sont menées et que les auteurs sont réprimés conformément à la loi.

Rappelons qu’après plus de deux ans de stabilité du taux de change en RDC, La République Démocratique du Congo fait face actuellement à une dépréciation très forte de la monnaie nationale face au dollar américain depuis le mois de janvier 2023. Ce qui est à la basse du hausse inévitable des prix sur le marché de biens et services ainsi que la perte du pouvoir d’achat des fonctionnaires.

Joël MUSEMA (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *