Insécurité à Kinshasa : « la PNC a reçu l’instruction de mettre hors d’état de nuire la Force du Progrès de l’UDPS » [Général Blaise Kilimbalimba]

Indexée dans beaucoup de maux à travers la la ville de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, cette structure d’auto-défense du parti présidentiel est dorénavant dans le collimateur de la Police nationale congolaise.

Lors d’une interview accordée à un média privé à Kinshasa, le Commissaire Divisionnaire de la Police ville province de Kinshasa, le Général Blaise Kilimbalimba a révélé que la Police nationale congolaise (PNC) a été instruite de mettre hors d’état de nuire une structure d’auto-défense de l’UDPS dénommée « Forces du Progrès ».

« Nous avons des instructions concernant la Force du progrès. On nous a demandé de neutraliser cette force. Pour le faire, il faut planifier comment le faire », indique le responsable de la Police ville de Kinshasa, Blaise Kilimbalimba.

À l’en croire, ces instructions sont l’émanation de la hiérarchie, qui est déterminée à agir pour mettre fin à cette situation sécuritaire alarmante de cette mégapole.

« On ne nous a pas demandé de le faire aujourd’hui ou demain. Mais, le moment ne sera pas opportun » a-t-il laissé entendre.

La genèse de force du progrès

cette «brigade spéciale de l’UDPS» qui ne jure que pour défendre les intérêts du parti au pouvoir, a connu sa genèse au premier quinquennat de Félix Tshisekdi.

Il s’agit d’un groupe de brigands qui opère au moyen d’armes blanches, souvent les manchettes, bâtons ou encore couteaux. Ces brigands arborent une tenue kakie avec la mention « Forces du progrès de l’UDPS, Brigade spéciale ».

Des bavures pendant la campagne

Lors de la campagne électorale en décembre 2023, à travers des vidéos qui ont fait le tour du web, ces jeunes très agressifs avaient investi la résidence de l’opposant Franck Diongo, sabotant tous les biens matériels, avant de le blesser et de le contraindre de présenter des excuses au Président de la République, Félix Tshisekedi et désavouer l’opposant Moïse Katumbi.

Lire aussi  Des menaces d'insécurité à Kinshasa : Jean Thierry Monsenepwo décrie et appelle à l'unité

Face à ces séries de violences, le Secrétaire Général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Augustin Kabuya avait lors d’une conférence de presse organisée le 17 décembre à Kinshasa nié catégoriquement « l’appartenance » de la structure « Forces du Progrès » à l’UDPS.

Le numéro 1 de l’UDPS, avait clarifié que son parti prône la doctrine non-violente et signifié que l’UDPS n’a aucun intérêt à recourir à des milices, étant donné que le Chef de l’Etat dispose des forces de sécurité régulières pour assurer sa protection et celle de ses proches collaborateurs.

Silas MUNGINDA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *