Patrouille financière : mandaté par l’IGF, l’Inspecteur Muzeze Nzonzimbu recycle les mandataires publics du secteur culturel

Longtemps dirigées vaille que vaille, les mandataires publics du secteur culturel se sont vus recyclés sur le fonctionnement des organes de gestion et de contrôle des Établissements Publics par l’Inspection Générale des Finances (IGF) et sous l’impulsion de la ministre de la culture, Catherine Kathungu Furaha.

Faisant suite aux différents rapports des membres des Conseils d’Administration des différents Établissements relevant du Ministère de la Culture, Arts et Patrimoines, des rapports qui soulèvent les conflits des compétences entre les organes et de problèmes d’interprétations des textes en matière d’établissement public.

La patronne de la culture congolaise, a su bien lire l’aire et s’est approchée de l’IGF pour ainsi ne pas laisser les mandataires s’étouffer dans leurs propres œufs, dans l’habitude d’étrangler le trésor public congolais, telle est l’expression des milliers de gestionnaires des entreprises publiques.

« Nous avons fini par relevés les failles que l’IGF avait constaté dans la gestion des établissements publics et les failles qui ont fait que l’IGF ait recouru au contrôle apriori que nous allons appelons patrouille financière et nous avons fait part de gain à enregistrer en terme de trésorerie pour les établissements publics en terme des climats sociales retrouvés, il n’y a plus de grève en terme d’implémentation des bonnes gouvernances et de la gestion prévisionnelle et en terme surtout d’économie réalisée »

a expliqué Muzeze Nzonzimbu, Inspecteur général de finances, chef de brigade des entreprises et établissements publics de l’IGF.

S’agissant de la matière du jour, le formateur a passé en revue les limites de chacun des organes relevant du ministère de la culture et les interactions possibles entre tous ces organes, en évoquant , l’article 17 de la loi 08/009 du 17 juillet 2008 portant disposition générale applicable des établissements publics.

« Nous attendons qu’il n’y ait plus de conflits de compétences. Chacun saura les limites de ses compétences. Le conseil d’administration a un rôle de conception d’orientation, de contrôle et des décisions mais le rôle de gestion quotidienne, le rôle d’exécution revient à la direction générale. Donc chacun devra œuvrer maintenant dans le cadre strict des attributions »

a-t-il poursuivi.

L’Inspecteur général des finances, chef de brigade des entreprises et établissements publics de l’IGF a expliqué aux participants le concept « patrouille financière » exemplairement menées, par le patron de l’IGF et il souligne que le manque de discipline en matière de gestion publique reste la boulimie des prédateurs dans la course à l’enrichissement personnel et il appelle tout un chacun à la conscience.

Lire aussi  Littérature : Une « Haute Distinction Scientifique» attribuée au DG de la CICIBA, Antoine Manda Tchebwa à Yaoundé

Débutée lundi 18 mars, cette formation de deux jours a pour mission de dissiper des confusions d’attributions, élaguer la mauvaise communication entre les organes de gestion, la mauvaise interprétation des textes légaux et réglementaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *