Politique : en discréditant Tshisekedi, Naanga se discrète

Dans une série de sorties médiatiques récentes, Corneille Naanga, ancien président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), a choqué de nombreux observateurs par ses déclarations graves et infondées concernant un prétendu accord entre l’ancien président honoraire Joseph Kabila et le président actuel Félix Tshisekedi. Ces déclarations témoignent de son manque de dignité en tant qu’homme politique.

Naanga, qui a occupé un poste de responsabilité majeur dans le processus électoral, devrait être un exemple de neutralité et de respect de l’institution qu’il a représentée. Cependant, ses récentes sorties médiatiques ont révélé une attitude agressive et partisane, remettant en question sa crédibilité et son impartialité.

En faisant des allégations infondées sur un prétendu accord secret entre Kabila et Tshisekedi, Naanga a semé le doute dans l’esprit du public et a cherché à déstabiliser le gouvernement actuel. De telles déclarations irresponsables ne font que miner la confiance dans le processus démocratique et sapent les efforts pour construire une nation stable et prospère.

Il est déplorable de constater que Naanga, en tant qu’ancien président de la CENI, n’a pas su préserver l’intégrité de son rôle et a plutôt choisi de se laisser emporter par des considérations politiques partisanes. En politisant son ancienne position, il ternit la réputation de l’institution qu’il a dirigée et jette le discrédit sur sa propre carrière.

En tant qu’homme politique, Naanga a la responsabilité de promouvoir la stabilité et l’unité nationale, et non pas de semer la division et la méfiance. Ses déclarations irresponsables ne font que renforcer les clivages politiques et affaiblir les institutions démocratiques du pays.

Lire aussi  Présidentielle 2023 : le balbutieur Moïse Katumbi ira seul sans ses compagnons qui ne quitteront pas l'Union Sacrée (Édito)

Il est essentiel que les acteurs politiques en République Démocratique du Congo fassent preuve de retenue et de respect mutuel, en mettant l’intérêt national au-dessus des considérations partisanes. Les déclarations de Corneille Naanga sont un rappel de l’importance de préserver l’intégrité et la dignité de la vie politique, et de promouvoir un environnement de débat sain et constructif.

En conclusion, les sorties médiatiques de Corneille Naanga, ancien président de la CENI, démontrant une position agressive et indigne envers le président actuel Félix Tshisekedi, sont préoccupantes. Ces déclarations non fondées sapent la confiance dans le processus démocratique et mettent en péril la stabilité du pays. Il est essentiel que les acteurs politiques fassent preuve de responsabilité et de respect mutuel pour préserver l’intégrité de la vie politique congolaise.

Youssef Branh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *