Présidentielle au Libéria : battu au second tour, Georges Weah reconnaît la victoire serrée de l’opposant Joseph Boakai

Georges Weah a reconnu sa défaite à l’élection présidentielle au second tour devant Joseph Boakai, au cours d’un discours prononcé ce vendredi 17 novembre, à la radio publique du Libéria.

En homme d’État, Georges Weah, président national du parti politique Coalition pour le Changement Démocratique, CCD en sigle, a salué la victoire de son adversaire, mais a précisé également que c’est le peuple libérien qui a gagné.

« Ce soir, le CDC a perdu l’élection, mais le Liberia a gagné. C’est le temps de l’élégance dans la défaite »

a déclaré l’ancienne gloire du foot qui a accédé au pouvoir en 2017.

Il s’agit des résultats provisoires issus du comptage bureau par bureau de la NEC (National Elections Commission of Liberia) qui ont été rendu publics, renseignant 50,9 % des voix pour Joseph Boakai contre 49,1 % pour le Président sortant Georges Weah.

« Les résultats annoncés ce soir, bien que non finaux, indiquent que Joseph Boakai a une avance que nous ne pouvons rattraper. J’ai parlé au président élu Joseph Boakai pour le féliciter pour sa victoire »

a t-il ajouté.

Candidat à sa propre succession George Weah a perdu les élections présidentielle pour n’avoir pas été capable de diminuer la pauvreté, le chômage, l’insécurité alimentaire et un mauvais approvisionnement en électricité persistent.

Georges Weah n’a pas pu faire face à l’opposant Joseph Boakai, agé 79 ans, qui a dépassé la moitié des suffrages exprimés avec 50, 89 % de voix soit 28.000 voix de plus.

Avec les résultats finaux qui vont être dévoilés officiellement dans le prochain jour par la commission électorale nationale du Libéria, Joseph Boakai pourra diriger pendant six ans le Libéria, un pays d’environ cinq millions
d’habitants.

Lire aussi  RDC: Que faut -il attendre de la nomination historique de la Première ministre ? CADA décrit les défis et priorités pour son gouvernement (Message)

Ex-opposant, Joseph Boakai fut le vice-président d’Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue cheffe d’État en Afrique de 2006 à 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *