RDC : Auguy Kalonji appelle le Premier Ministre à clarifier les compétences dévolues entre le Conseil d’administration et la Direction Générale dans les entreprises publiques

Le Député National Auguy Kalonji a adressé une question écrite au Premier ministre Jean Michel Sama Lukonde concernant la confusion et la cacophonie constatées sur les compétences dévolues aux membres des Conseils d’administration et les Directions générales des entreprises publiques.

Pour Auguy Kalonji, quatre-vingts pourcent des entreprises connaissent ce même problème qui trouble la paix sociale au sein des entreprises publiques.

« Dans les entreprises publiques de l’État, la plus part il y a un Conseil d’administration et la direction générale dont le DG et le DGA. Aujourd’hui il n’y a plus aucun respect entre les deux. C’est soit le PCA qui pense que c’est lui qui devient le DG, ou encore c’est le DG qui ne considère plus jamais le Conseil d’administration, il peut s’en passer des prérogatives du Conseil et peut faire ce que bon lui semble. Et pour la plupart des DG, ils considèrent leurs DGA comme étant leurs assistants. Celà que j’interpelle le Premier Ministre que cette cacophonie, ce manque de précision en ce qui concerne les attributions des uns et des autres bloque la paix sociale ou un bon climat dans ces entreprises et établissements publics »

a expliqué Auguy Kalonji.

Pour Auguy Kalonji, le premier ministre doit marteler sur les attributions du Conseil d’administration et de la direction générale en initiant un autre Arrêté à part le décret n°23/14 B du 12 avril 2023 ou soit convoquer un séminaire de renforcement de capacités pour que toutes les parties comprennent « qu’on ne pas être dans une entreprise publique ou encore dans un établissement et penser qu’on est le seul capitaine à bord ».

Lire aussi  Stabilité des Finances publiques en RDC : « Nicolas Kazadi, l'artisan malmené ! »

Voici ci-dessous sa problématique répartie sur 8 questions à savoir :

  1. Ne penscz-vous pas que la grogne sociale constatée à ce jour dans les éablissements publics et entreprises du portefenille de ‘Eat soit entretenue par le non-respect des textes légaux en la matière et a non-clarification des compétences dévolues au Conscil d’Administration, un Directenr général et Directeur général Adjoint ?
  2. Comment justifiez-vous la non-prise en compte dans votre décret d’un mécanisme de renforcement des capacités manapériales des mandataires publices?
  3. Qu’est ce qui explique la modification des articles 11,12 et 25 du décret précédent se
    rapportant exchasivement aux droits et avantages sociaux du mandataire public ?
  4. Quels sont les faiblesses et points forts ainsi que l’mpact de votre Décret n°23/14 B
    du 12 avril 2023?
  5. Quelle est votre appréciation de l’état actuel des éablissements publics et entreprises du
    portefeuille de lEat pacés sous la double atelle (technique et administrative) ?
  6. Comnment comptez-vous renforcer l’autorité du Ministre en charge du Portefeuille à
    travers une politique axée sur le contróle des actes de gestion du mandataire public ?
  7. Comment défendez-vous le faible nombre des réformes entreprises dans les établissements publics et entreprises du portefeuille de I’État par rapport à l’objectif de
    votre programme d’actions qui vise leur meilleure gouvernance ?
  8. Pourriez-vous nous décliner les contraintes et défis majeurs que vous rencontrez dans la gestion au quotidien des établissements publics et entreprises du portefeuile de l’État?

Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *