RDC : Firmin Mvonde ordonne l’ouverture d’une information judiciaire à charge du Cardinal Fridolin Ambongo

À la suite de différentes sorties médiatiques de Fridolin Ambongo, le Procureur Général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde a instruit le Procureur Général près la Cour d’appel de Matete à ouvrir une information judiciaire à charge du prélat congolais.

Dans sa correspondance adressée au Procureur général près la cour d’appel de Matete, dont une copie est parvenue à la rédaction d’Info-express.com, Firmin Mvonde, ordonne l’ouverture de
l’information judiciaire contre Fridolin Ambongo, parce que ce dernier violente délibérément les consciences de la population et semble trouver un plaisir, à travers ses faux bruit et autres incitations à la révolte contre les institutions établies et aux attentats contre les vies humaines.

« Depuis une belle lurette, il s’observe dans les comportements de Monsieur Fridolin Ambongo, Archevêque Catholique Métropolitain de l’Archidiocèse de Kinshasa, au moment où le pays fait face à la guerre dans sa partie orientale, une constance des propos séditieux ténus lors des points de presse, interview et autres sermons, de nature à décourager les militaires des forces armées de la République qui combattent au front, mais aussi incitatifs à la maltraitance par les rebelles et autres envahisseurs des populations locales déjà meurtries par autant d’années de déstabilisation »

lit-on dans la correspondance.

Le procureur général près la Cour de Cassation renseigne dans sa correspondance que le prélat avait décliné l’invitation lui envoyée pour un échange en date du 25 avril.

Depuis un certain moment, le prélat congolais critique de plus en plus le régime de Kinshasa à travers ses différentes sorties médiatiques.

Lire aussi  Sommet de l'UNESCO : ratification de la convention de 1970, la Ministre Catherine Kathungu Furaha invitée à jouer le rôle de leader en Afrique

Très récemment Fridolin Ambongo a remis en cause le soutien que le gouvernement congolais apporte aux Wazalendo, une milice qui combat le M23 (Mouvement du 23 mars).

L’Archevêque de Kinshasa a estimé que le gouvernement devrait plutôt bien outiller les Forces Armées de la RDC.

« Tous ces groupes sont aujourd’hui bien armés et c’est la population qui en paie le prix, générant toutefois un risque d’insécurité généralisée »

a t-il déclaré

Pour le père, il s’agit d’un « excès de zèle du procureur général près la Cour de cassation » qui ignore sûrement que « dans le cas d’un Évêque ou d’un prêtre exerçant une juridiction équivalente, l’autorisation préalable du Parquet général de la République est nécessaire et le Saint-Siège en sera aussitôt informé par les autorités congolaises via la Nonciature Apostolique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *