Santé : 4 décès liés à la grossesse et accouchement par heure en RDC

En République démocratique du Congo (RDC), les chiffres sont alarmants : plus de 4 femmes perdent la vie chaque heure en raison de complications liées à la grossesse et à l’accouchement.

4 décès liées à la grossesse et à l’accouchement par heure. C’est ce qu’a révélé le ministre de la Santé publique et de l’Hygiène, Roger Kamba, lors du lancement de la « Semaine de la mère et du nouveau-né » au Centre Mère et Enfant de Ngaba.

Cette initiative, orchestrée par la première Dame, Denise Nyakeru Tshisekedi, a pour objectif de mobiliser des ressources pour mettre en œuvre des interventions efficaces en faveur des mères, des nouveau-nés et des enfants, tout en concrétisant les engagements pris en matière de santé maternelle, néonatale et infantile.

La RDC est confrontée à d’énormes défis dans le domaine de la santé maternelle et néonatale, contribuant à 50 % du fardeau mondial de la mortalité maternelle.

Le pays se classe parmi les cinq premiers responsables de 49 % des décès d’enfants de moins de 5 ans. Pour remédier à cette situation, le gouvernement travaille en étroite collaboration avec ses partenaires techniques et financiers, mettant en place des stratégies visant à réduire la mortalité maternelle et néonatale.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 289 000 décès maternels surviennent chaque année dans le monde.

En Afrique subsaharienne, le risque de décès lié à des complications liées à la grossesse ou à l’accouchement est de 1 sur 16, comparé à 1 sur 2 400 dans les pays industrialisés.

En 2022, la RDC a enregistré un total de 6 995 décès maternels, avec un taux de mortalité maternelle estimé à 547 pour 100 000 naissances vivantes en 2020.

Lire aussi  Sécurité : « tout est mis en œuvre pour que la ville de Goma ne tombe pas »[ Jean Pierre Bemba ]

Les principales causes de décès maternels incluent les hémorragies, les infections, les avortements à risque, l’hypertension artérielle et la dystocie, a précisé le Dr Roger Kamba.

Il a également souligné que plus de 75 % des décès néonatals surviennent au cours de la première semaine de vie, avec environ 1 million de nouveau-nés décédant dans les premières 24 heures.

En République démocratique du Congo (RDC), les chiffres sont alarmants : plus de 4 femmes perdent la vie chaque heure en raison de complications liées à la grossesse et à l’accouchement.

C’est ce qu’a révélé le ministre de la Santé publique et de l’Hygiène, Roger Kamba, lors du lancement de la « Semaine de la mère et du nouveau-né » au Centre Mère et Enfant de Ngaba.

Cette initiative, orchestrée par la première Dame, Denise Nyakeru Tshisekedi, a pour objectif de mobiliser des ressources pour mettre en œuvre des interventions efficaces en faveur des mères, des nouveau-nés et des enfants, tout en concrétisant les engagements pris en matière de santé maternelle, néonatale et infantile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *