« Corneille Nangaa, ce traître qui prend plaisir a tuer les Congolais pour aider ses patrons à balkaniser la RDC » [ Éric Kamba ]

TRIBUNE

Le plan machiavélique de balkaniser la RDC avait connu sa première phase lorsque de l’invasion de la RDC par le Rwanda et l’Ouganda visant à chasser Président Mobutu du Pouvoir avait fini par se concrétiser.

Ce qui avait d’abord commencé par une insurrection, s’est développé en une guerre civile pour finalement s’étendre à un conflit militaire international se déroulant principalement au Zaïre avec des retombées au Soudan et en Ouganda.
Le conflit avait connu une invasion étrangère qui a remplacé le Président zaïrois Mobutu par le chef rebelle Laurent-Désiré Kabila, qui était soutenu principalement par le Rwanda et L’Ouganda.

Une fois au pouvoir, Le Président Laurent Kabila avait refusé d’obtempérer aux ordres de Kigali sur le partage des terres congolaises et le pillage de ses ressources naturelles. La querelle inévitable est survenue en 1998 avec l’ordre de Laurent Kabila expulsant les troupes rwandaises du territoire congolais. C’est ainsi qu’il entra en conflit avec ses alliés et ceci ouvrit la voie à la guerre du Congo en 1998-2003.

Pendant ce temp, le Rwanda préparait Joseph Kabila pour faire leur sale besogne. Nuitamment, le Rwanda avait dû apprendre le métier de soldat à ce dernier qui, finalement prendra le pouvoir après l’assassinat de Président Laurent Kabila.

Son accession au pouvoir va renforcer les liens entre la RDC, le Rwanda et l’Ouganda. Beaucoup de groupes armées et milices vont être crées, armés et soutenus militairement par le Rwanda et l’Ouganda, dans le but de semer le chaos et piller les ressources minières de la RDC.

Lire aussi  SAMA 2 : Catherine Kathungu Furaha, « Mama Cathy », le casting salvateur pour la relance de la culture congolaise (Portrait)

Président Joseph Kabila va défier le peuple Congolais en restant plus de 18 ans au pouvoir, tout en méprisant les droits de l’homme, la démocratie et la bonne gouvernance de la chose publique. Il était aussi accusé de tricherie lors des élections de novembre 2011.

En 2018, trois scrutins ont lieu en même temps en RDC : l’élection présidentielle, les élections législatives et les élections provinciales. La présidentielle a vu la victoire, contestée de l’opposant Félix qui a encore répété l’exploit en 2023, avec 73% des voix, faisant de lui le Président de la République pour le second mandat.

Autrefois, Churchill disait qu’ «un peuple qui ne connait pas son histoire est condamné à la revivre » (Churchill). À en croire à l’économiste philosophe Karl Marx : « L’histoire se répète toujours deux fois, la première comme une tragédie, la seconde comme une farce ». Le cas de la RDC n’en fait pas exception.

Pour rappel, le M23 est un groupe composé des Rwandais et dirigé par des Tutsis Rwandais qui sèment désolation et mort à l’est du Congo. Ils sont responsables pour la perte de plus de dix millions de vies humaines et le déplacement de près d’un demi-million de personnes. Leur agenda connu de tous est de déstabiliser et renverser le pouvoir en place, balkaniser le pays et piller les ressources de notre sous-sol.

Corneille Nangaa, l’indesiré !

Ainsi le traitre Corneille Nangaa mènerait -il un combat pour les intérêts
de ses patrons ? Va -t – il arriver sur Kinshasa? Seul le temps nous le dira.

Lire aussi  UNPC : "Aveuglé par les officines politiciennes contre Joël Cadet NDANGA, Kabulo Muana Kabulo signe la fin de sa carrière élogieuse"

Toujours est il qu’ en rejoignant le M23, Nangaa prend plaisir à tuer le peuple congolais pour aider ses patrons à réaliser leur objectif, la balkanisation du pays. Dans notre tribune parue en 2022, nous avions démontré par une analyse robuste et soutenue que l’adhésion de la RDC à l’EAC était une décision désastreuse pour la RDC car la force de l’EAC dans son format ou mandat n’avait pas sa raison d’être en République Démocratique du Congo.

Cette force de l’EAC s’est employée d’installer des zones tampons dans l’est du pays qui échappent au contrôle de l’Etat Congolais. Mais dans ces mêmes zones tampons, le M23 et l’armée Rwandaise peuvent se déplacer à leur guise. Ces derniers tuent, violent et pillent au vu de tout le monde et ne sont pas inquiétés.

Aujourd’hui, la ville de Bunagana, la cité frontalière avec l’Ouganda est dans les mains des rebelles du M23, une bonne partie de la ville de Goma est sous le contrôle des rebelles. Ceci nous amène à avertir notre gouvernement sur leur prochaine étape qui est probablement, le cap sur Bukavu, et ainsi la marche vers Kinshasa sera ainsi entamée.

Nul n’est surpris de voir Paul Kagame, de nouveau dans la phase de recrutement des traitres, corrompus et affamés parmi les brebis galeuses à qui il promet monts et merveilles pour joindre son groupe terroriste de M23, avec Corneille Nangaa, le civil militaire à la tête. Paul Kagame espère répéter le scénario de Laurent Kabila en 1997.

En RDC, les gens comme Corneille Nangaa sont encore nombreux dans nos institutions sous différent noms. Nous les voyons chaque jour qui passe rejoindre leurs complices de M23. Ceci n’est pas un fait de hazard .

Lire aussi  30 Mars, « Journée Culturelle de l'Intemporalité » : En mémoire de Lutumba, C. KATHUNGU dévoile les œuvres nouvellement inscrites dans le registre de l'INTEMPORALITÉ

Nous demandons au vaillant peuple congolais que notre vigilance puisse s’accroître en proportion de l’audace des nos ennemis malfaiteurs.

En tant que fils et fille de cette terre bénie, nous devons nous serrer les coudes, pour prouver au monde entier que nous sommes capables de nous prendre en charge et mettre fin à la misère injuste, imposée à notre peuple. Personne ne viendra le faire à notre place.

Éric Kamba, Coordonnateur de l’ASBL « CADA » ( Congo Action pour la diplomatie agissant).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *