Deux ans de la Rumba congolaise comme patrimoine immatériel de l’UNESCO : un regard positif pour des nouvelles perspectives

La rumba congolaise est inscrite depuis le mardi 14 décembre 2021 dans la liste des patrimoines culturels immatériels de l’UNESCO. Considérée tel un moyen assurant une bonne entente entre les différentes cultures, la rumba congolaise ne cesse de se déployer à travers le monde, par le biais de ses ambassadeurs dans plusieurs domaines culturels, notamment la musique.

La ministre de la Culture Arts et Patrimoines, Catherine Kathungu Furaha, a initié depuis la date du 14 décembre 2021 un programme d’actions pour pérenniser l’ascension de la rumba congolaise.

À en croire certains, la rumba congolaise est une histoire culturelle qui part de l’identité du peuple ayant vécu dans le royaume Kongo, et c’est depuis plus de six siècles que cette musique a connu des mutations et multiples ramifications.

La Ministre Catherine Kathungu Furaha, conformément à la feuille de route du gouvernement, a créé le calendrier de la rumba, lequel prévoit pour chaque mois des activités en vue de célébrer la gloire de la rumba congolaise.

Par ailleurs, la ministre a créé le concept « L’intemporalité », pour que chaque 30 mars soient placés au calendrier culturel congolais les œuvres et biens culturels indélébiles.

Catherine Kathungu Furaha plaide aussi pour la création d’un conservatoire approprié.

Elle plaide également pour une vie sociale aisée des artistes de la rumba, pour le répertoriage avec minutie et une distribution avec équité des droits d’auteurs.

Nous soulignons également l’exigence du Premier ministre dans le programme du gouvernement sur le plan de l’Éthique nationale, de rendre les textes de la rumba congolaise potables.

Lire aussi  Sommet de l'UNESCO : ratification de la convention de 1970, la Ministre Catherine Kathungu Furaha invitée à jouer le rôle de leader en Afrique

Par conséquent, de janvier à décembre de chaque année, la rumba congolaise est célébrée dans les 11 arts, parmi lesquels la mode, l’architecture, la sculpture, la littérature, le cinéma, les médias, marquant ainsi la nécessité de pérenniser l’identité commune par l’entremise des activités mensuelles.

Shukrani MBILI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *