Élections 2023 : L’ironie du sort, fayulu tombe si bas et doit des excuses à l’ECIDE (Édito)

Ayant perdu l’un de ses soldats, considéré le plus vaillant, en la personne d’Ados Ndombasi qui ce dernier lui demanda de revenir à sa décision d’abandonner le processus électoral, Martin Fayulu est aujourd’hui pris dans l’étau par les membres de son propre parti politique Engagement pour la Citoyenneté et la Démocratie, « ECIDE » qui a manqué de s’aligner lors de l’enregistrement des candidatures aux élections législatives nationales, provinciales et municipales.

Ces cadres, membres et sympathisants d’ECIDE qui ont accepté de suivre le mot d’ordre de leur leader, de ne pas se représenter, pointent désormais du doigt à Martin Fayulu qui manifeste la volonté de postuler à l’élection Présidentielle de ce 20 décembre 2023 dont l’enregistrement des candidatures est en cours.

L’ironie du sort !

Alors qu’il espérait être ecouté par le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante, Dénis Kadima, lui qui n’arrete pas le train des élections de décembre 2023, n’a pas trouvé utile de céder à la pression sur la demande d’auditer à nouveau le fichier électoral comme voulait Martin Fayulu.

Si Fayulu a pris le risque de demander à son parti de ne pas poster, certainement c’est parce-qu’il était sûr que le processus électoral allait être arrêté et qu’il y aurait des pourparlers entre les parties prenantes.

Face à cette ironie du sort qui humilie à ce jour Martin Fayulu, au point d’assister à une bagarre dans sa concession de Faden House entre ceux qui le soutiennent à postuler malgré son retrait et ceux qui lui rappellent cette ferme mesure de ne pas se représenter au cours de ce processus électoral dirigé par Kadima, Fayulu a simplement mordu à son propre hameçon. C’est tout simplement ridicule !

Lire aussi  Thierry Monsenepwo à l'exilé John Numbi : « Personne ne peut parler de la chute d’un pouvoir solidement enraciné, puis l’annoncer solennellement »

Fayulu tombe si bas !

On reconnaît la valeur d’un grand homme par la fidélité à sa parole, et si cette dernière doit changer, les conséquences doivent au préalable être tirées.

Si Fayulu en 2018 a fait marche arrière pour aller aux élections de Corneille Nangaa « avec ou sans machine à voter », Fayulu d’aujourd’hui semble avoir perdu le nord et ne sait pas quoi dire à tout un parti qui a raté de se représenter à cause de ses intérêts manifestement égoïstes.

La seule solution qui lui reste et qui peut sauver ce parti c’est appeler tout le monde à table et présenter ses excuses à ses brebis, ses croyants aujourd’hui devenus rebelles!

Faluyu a fini par donner Ados Ndombasi raison d’avoir refusé cette décision de s’exclure du processus électoral.

Ce genre de recours n’est pas assumé par n’importe qui. Si l’UDPS a pu le faire en boycottant les élections, évidemment c’était grâce à la ferme position du Sphinx Etienne Tshisekedi Wa Mulumba qui Fayulu est loin d’égaler.

Noel Nzogu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *