Guerre dans l’Est de la RDC : Éric Kamba donne des leçons magistrales à l’ex-Président sud-africain Thabo Mbeki

Invité à l’école africaine à l’université sud-africaine ( UNISA ) pour parler des conflits à l’ Est de la République Démocratique du Congo , l’ex-Président sud-africain Thabo Mbeki a repris la rhétorique expirée du criminel Paul Kagame pour expliquer à l’audience son entendement très absurde de la guerre injuste imposée à la RDC.

Il s’est contenté de reprendre mot à mot le narratif selon lequel les principales forces à l’origine de ce conflit a été l’armée majoritairement tutsie du Rwanda voisin, ainsi que plusieurs groupes congolais soutenus par le Rwanda.

La raison de cette implication, selon le président rwandais Paul Kagame, est la menace continue que représente pour le Rwanda les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), une milice hutue qui comprend les restes de l’armée qui a perpétré le génocide rwandais de 1994 et qui se trouverait encore au Congo, jusqu’à nos jours.

Ce gros mensonge qui a toujours constitué les fonds de commerce pour le Rwanda auprès des occidentaux ne tient plus debout même si Jusqu’à présent, les États-Unis et les autres puissances occidentales continuent timidement à soutenir Kagame sur le plan diplomatique.

Thabo Mbeki, ce négationniste aux intérêts égoïstes a repris la même chanson du criminel, terroriste Paul Kagame pour expliquer selon lui le conflit à l’Est de la république démocratique du Congo. Ses opinions négationnistes sont sans nul doute le fruit de la poursuite de ses propres intérêts égoïstes qu’il espère récoltés en servant les occidentaux aux détriment de l’Afrique.

Par cette façon de faire, il a donc échoué à l’épreuve du panafricanisme qui a pour objectif commun l’unité des Africains et l’élimination du colonialisme et de la suprématie blanche du continent.

Lire aussi  RDC : « Quand C. NANGAA perd totalement le Nord dans une glose haineuse contre l'état de siège, et relaie le discours de Kigali » [Tribune de THIERRY MONSENEPWO]

Le panafricanisme est en fait une tentative de créer un sentiment de fraternité et de collaboration entre toutes les personnes d’ascendance africaine, qu’elles vivent en Afrique ou à l’extérieur de l’Afrique.
Par exemple, Nelson Mandela était un prophète panafricain honoré dans son propre pays et dans le monde entier.

A entendre les propos tenus par Thabo Mbeki, Mandela doit se retourner dans sa tombe pour avoir été en contact de son vivant avec des personnages comme Thabo Mbeki, qui vient de prouver au monde qu’il n’avait jamais compris la portée de lutte de Mandela.

En effet, durant sa vie, Mandela s’est consacré à cette lutte du peuple africain. Il a lutté contre la domination blanche et il a lutté contre la domination noire. Il a chéri l’idéal d’une société démocratique et libre dans laquelle tous vivent ensemble en harmonie et avec des chances égales.

L’un des héritages durables de Mandela serait sans doute ses efforts – pas toujours couronnés de succès – pour promouvoir le rétablissement de la paix aux niveaux national et international. Il a inlassablement tendu la main à ses anciens ennemis dans son pays et a dirigé les efforts de rétablissement de la paix au Burundi, en République démocratique du Congo (RDC) et au Lesotho.

Durant sa présidence, l’Afrique du Sud a largement évité tout rôle militaire de peur de susciter des allégations de domination hégémonique dans ce que certains ont appelé la « Doctrine Mandela ».

Contrairement à Mandela, Thabo Mbeki a échoué à l’épreuve du panafricanisme et s’est rendu coupable de négationnisme du génocide Congolais, en mentant et en reprenant en toute conscience le mensonge de Paul Kagame. Parce qu’il a induit le monde en erreur comme il l’avait déjà fait autrefois en niant l’existence de VIH /SIDA, nous devons de rétablir la vérité.

Lire aussi  Génocide dans l'Est de la RDC : Thierry Monsenepwo appelle la population à manifester pacifiquement

De prime à bord, il est important de savoir que Thabo Mbeki est un négationniste récidiviste, sa politique du sida a la tête de la république sud-africaine a été directement responsable de la mort de plus d’un tiers de million de personnes en Afrique. Au cours des huit années de sa présidence, Mbeki avait continué à exprimer sa sympathie pour le déni du VIH/SIDA et a institué des politiques refusant les médicaments antirétroviraux aux patients atteints du SIDA

Quant à la guerre injuste imposée à la RDC par le Rwanda et Paul Kagame , Thabo Mbeki sait parfaitement que plus de vingt années de rapports de l’ONU ont documenté les invasions et le pillage de Paul Kagame, de son armée et de ses alliés du voisin du Rwanda, la République démocratique du Congo. Le rapport le plus récemment publié de l’ONU accuse le Rwanda d’être la puissance derrière le groupe rebelle M23 qui a repris cette année la guerre dans les provinces de l’est du Congo, qui a déjà coûté plus de 10 millions de vies humaines.

Thabo Mbeki sait pertinemment que Le régime de Kagame est avant tout une question d’image et de perception de la part de ses amis occidentaux. Alors qu’il parcourt le monde à bord de jets privés, vit dans le luxe des meilleurs hôtels et touche un salaire plus de deux fois supérieur à celui du président russe et supérieur à celui du Premier ministre britannique, 70 pour cent de la population rwandaise vit dans une pauvreté extrême.

Kagame assassine ou emprisonne tous les véritables critiques ou challengers de son régime. L’opposition, les droits de l’homme et la liberté de pensée n’existent pas au Rwanda. Pourquoi, Thabo Mbeki ne parlerait-il pas de ces sujets considérés « tabous » a son ami Paul Kagame ? Mieux, pourquoi n’a-t-il pas expliquer cela a l’audience composée des étudiants et des invites venus l’entendre à cet effet ?

Lire aussi  Kinshasa : Un canular amateur, élaboré dans une officine, attribue à Thierry Monsenepwo des faux propos contre le Cardinal Ambongo

Les habitants du Rwanda sont continuellement harcelés par le gouvernement Kagame et d’éminents opposants à Kagame ont été assassinés au Kenya, en Afrique du Sud, au Congo et en Tanzanie. En mai 2011, la police métropolitaine de Londres avait même averti les citoyens rwandais qu’elle pensait que des ressortissants rwandais étaient entrés dans le pays dans l’intention de les tuer.

Thabo Mbeki peut-il prétendre ignorer ces faits véridiques ? Peut-il ici nous dire si Paul Kagame parviendrait à soutenir le soi-disant « développement » dont il parle sans cesse sans faire la guerre au Congo et piller ses ressources ? Voici des questions auxquelles Thabo Mbeki doit répondre.

Sa conception erronée du panafricanisme, sa fausse vision d’une « renaissance africaine », et son rattachement aux intérêts mesquins des occidentaux font de lui « un corrompu ».

Son négationnisme du sida, sa perte de vitesse et sa chute en politique Justifieraient son incohérence aujourd’hui.

Ainsi, Mbeki n’est pas un panafricaniste. C’est plutôt un confusionniste conscient qui entretient délibérément le flou, le mensonge et les incertitudes scientifiques pour donner l’image d’intellectuel qu’il n’est pas en vue de flouer le monde.

Éric Kamba, Coordinateur de l’ONG CADA (Congo Action pour la Diplomatie Agissante)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *