Politique : « Le Congo n’a pas besoin de la richesse de Moïse Katumbi pour se développer » [ John Lungila ]

Le journaliste et analyste, John Lungila, tacle Moïse Katumbi, dans une interview accordée à notre rédaction.

À l’en croire, il faut à la tête du pays non pas un oligarque mais plutôt un président réfléchi, cohérent, dont le leadership est puissant. Car le pays est suffisamment riche pour recourir à quelques avoirs d’un président pour prendre son envol.

«Pour moi, le Congo est un pays immensément riche. Avec la superficie de 2.345.410 Km², avec un sous-sol aussi riche, qu’il fournit, avec une population dense, le Congo ne manque pas de moyens humains, matériels, logistiques et financiers. Le Congo manque un cerveau, un manager pour pousser tout le monde au travail, pour faire profiter sa richesse à sa population. Le Congo n’a pas besoin de la richesse de Moïse KATUMBI pour se développer»

a-t-il déclaré.

À lui de renchérir «On veut nous faire croire que le candidat qui a des outils modernes, qui a des jets, qui les moyens de sa campagne c’est lui le gagnant, ce n’est pas de cela que le Congo a besoin aujourd’hui»

Par ailleurs, il estime que ce sont les mêmes personnes qui ont pillé le Congo autrefois qui reviennent battre campagne avec de l’argent acquis frauduleusement pendant qu’ils exerçaient leur fonction dans le pays.

John Lungila exhorte les congolais à ne pas voter sur base des impressions, faisant allusion au candidat numéro 3 à l’élection présidentielle de 2023 Moïse KATUMBI.

Il motive cette recommandation par le fait que selon lui, Moïse Katumbi se base sur la situation de précarité qui sévit dans le pays depuis plusieurs décennies déjà, dont les auteurs se pointent en vêtement de brebis.

Lire aussi  RDC: Un Collectif des anciens Ministres provinciaux sollicite l'implication du Chef de l'État pour le Paiement de leurs 18 mois d'arriérés de salaire détournés (Mémo)

Il appelle la population congolaise à faire un choix judicieux du président de la République, lequel ne se présente pas avec ses avoirs, mais plutôt avec un plan concret de progrès pour le pays.

Shukrani MBILI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *