Présidentielle 2023 : le balbutieur Moïse Katumbi ira seul sans ses compagnons qui ne quitteront pas l’Union Sacrée (Édito)

C’est l’actualité qui va distraire les congolais ce soir! Sur les antennes de France 24 et RFI, le Président National d’ «Ensemble pour la République» vient d’annoncer officiellement sa candidature à la prochaine Présidentielle de 2023 pour d’après lui « sauver un peuple en danger.

Katumbi Chapwe révèle que ses conseils n’ont pas été pris en compte à l’interne par le Président de la République. Étant donné qu’il a un projet, il pense qu’en moins de dix mois de la Présidentielle, il est temps pour lui d’avaliser sa candidature.

Un secret de polichinelle qui ne surprend pas presqu’aucun congolais, à l’égard du comportement de l’ancien gouverneur, l’homme fort du Katanga. Mais ce qui attire l’attention c’est plutôt l’annonce de son départ de l’Union Sacrée de la Nation avec beaucoup de difficultés en l’exprimant.

Le Balbutieur

À la question de savoir s’il quitte l’Union Sacrée et que devra faire pour ses cinq ministres du gouvernement en place , Moïse Katumbi confirme son départ du régime Tshisekedi mais balbutie sur l’avenir de ses acolytes.

« J’ai décidé de quitter, donc je dis au revoir à l’Union Sacrée mais je dois aussi consulter les membres de mon Parti le lundi au congrès à Lubumbashi» a t-il fait savoir.

Lire aussi  Union Sacrée : « Nous sommes prêts pour les élections et refusons une seule minute de retard » [Thierry Monsenepwosur]

Une attitude qui exprime la peur de Moïse Katumbi de perdre complètement ses compagnons qui logent dans les institutions notamment au Gouvernement et au Parlement, qui d’ailleurs ont toujours menacé de rester avec le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

D’aucuns estiment que Moïse Katumbi est resté longtemps dans l’Union Sacrée pour se faire une bonne santé financière afin de se préparer aux prochaines échéances électorales, un autre comportement jugé d’hypocrite. L’opinion attend lui coller le bilan du premier mandat de Félix Tshisekedi.

Noel Nzogu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *