RDC: bye-bye à la Congolité !

La candidature de Moïse Katumbi pour la Présidentielle du 20 décembre 2023 vient d’être jugé recevable par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

Après un débat de délibération par les membres de l’Assemblée plénière de la CENI, cette dernière a procédé par la proclamation des candidatures retenues à l’élection présidentielle.

Alors que les rumeurs se nourrissaient sur un probable ecartement de la candidature de l’opposant Moïse Katumbi Chapwe, la CENI de Dénis Kadima a surpris tous les congolais en retenant toutes les candidatures exprimées et déposées pour la Présidentielle.

Qu’arrivera-t-il à la Cour constitutionnelle?

Après cette étape où Katumbi reste éligible, la CENI enverra sa liste à la Cour constitutionnelle pour la confirmation et la légalisation de ces candidatures avant de proclamer la liste définitive des candidatures à la Présidentielle

Rien n’arrête jusque-là l’ex-gouverneur du Katanga, Moise Katumbi qui, malgré les campagnes de l’initiative d’un projet de loi exigeant aux candidats d’être nés des parents congolais, reste dans la course et espère se mesurer face à ses challengers, principalement Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avec qui il venait d’être en alliance.

La « Congolité », une initiative jugée discriminatoire et séparatiste par plusieurs instances internationales mais qui séduit certains congolais, elle conditionne l’accès à la magistrature suprême exclusivement aux congolais nés de père et de mère congolais.

Retenu comme Candidat Président Numéro 3, Moïse Katumbi est né d’un père juif et d’une mère congolaise. Il se sentait écarté après l’annonce de l’initiative de la loi sur la Congolité qui a même été alignée à la session septembre par une proposition de loi initiée par Noël Tshiani qui est également candidat.

Lire aussi  Le Congo d'Aujourd'hui N°7: Voici les raisons pour lesquelles les jeunes doivent rejoindre massivement l'Armée selon la demande du Chef de l'État (Les indications de Thierry Monsenepwo)

Cette position de la CENI crédibilise d’avantage cette institution d’appui à la démocratie qui à souvent accusé de planifier la victoire en faveur du Président de la République en place.

Ce qui revient à dire que la République Démocratique du Congo, pays de Lumumba, veut dire bye-bye à la Congolité.

Joël Musema

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *