RDC: Culture, une autre arme utilisable pour battre les ennemis rwandais qui s’incrustent dans le M23 (Édito)

La République Démocratique du Congo est aujourd’hui désormais le contenant du Monde où tout le monde, l’Amérique, l’Europe, l’Asie et aussi l’Afrique, veut se retrouver, à cause de sa biodiversité et ses richesses inestimables convoitées. L’unité que caractérise son peule, du nord au sud, de l’ouest à l’est, est verrouillée dans le collimateur des pays qui veulent profiter de ce qu’elle a. D’où il faut à tout prix déranger la paix et la quiétude des populations, voilà pour les provinces de Nord-Kivu et Sud-Kivu, socle de richesses minières, sont attaquées à longueur de journée. Nous allons réfléchir comment défendre la RDC par la Culture.

Les jours sont sombres depuis le début du mois de Mai 2022 correspondant à la reprise des attaques entre les Forces armées de la RDC et son pays voisin le Rwanda qui s’inscruste dans le Mouvement du 23 Mars, communément appelé M23, qui ce dernier égorge les paisibles citoyens de Bigega, Bugusa et Kabonero, situés à la périphérie de Bunagana dans le territoire de Rutshuru, chef lieu de la province du Nord-Kivu, des personnes inhumaines ont eu à bombarder des écoles.

Face à toutes ces atrocités, l’armée congolaise ne fait preuve d’aucun recule, les militaires au front, ultra motivés, se lancent aux combats pour récupérer des territoires qui sont dans l’emprise des ennemis, avec les armes lourdes qu’elle dispose contre les belligérants et rebelles du M23 abondamment ravitaillés en arme par la République du Rwanda avec le soutien d’Ouganda. Jusque-là le FARDC mène et les font reculer pour défendre l’intégrité du territoire de la RDC

D’un autre côté, la Diplomatie! Le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi n’arrête pas de faire des mouvement afin d’obtenir le retrait des groupes agresseurs dans l’Est de son pays, notamment avec la médiation garantie par le providentiel Joâo Lourenço entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame, et aussi la Création d’une force régionale pour stabiliser l’Est rdcongolais par les chefs d’État d’EAC (Communauté d’Afrique de l’EST), des démarches qui définissent sa détermination à mutualiser les efforts avec ses voisins pour le maintien de la paix dans la sous région. Des accords jugés compromettants par les mouvements citoyens, notamment pour la LUCHA qui estime que ces forces sont déjà l’intérieur du pays « sous une forme ou une autre » et contribuent à l’insécurité dans plusieurs provinces. Cependant avec le récent séjour de toi des belges, Philippe Léopold Louis Marie qui a exprimé la disponibilité de la Belgique à venir en aide au Gouvernement congolais pour pérenniser la paix à l’intérieur du pays, sans oublier des appels multipliés contre le Rwanda à cesser de faire des intrusions en RDC à travers des groupes rebelles

Catherine Katungu Furaha, Ministre de la Culture, arts et Patrimoine, avec Jean-Michel Sama Lukonde, Premier Ministre du Gouvernement congolais

Dès sa prise de fonction, la Ministre actuel de la Culture, arts et Patrimoine, Catherine Katungu Furaha s’était donnée le devoir d’accomplir le vœu de Félix elAntoine Tshisekedi Tshilombo, celui-ci de retrouver l’idée du peuple congolais, chose qui semble marcher parfaitement bien avec la période qui coïncide à l’inscription de la Rumba dans la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO, à la restitution des milliers d’œuvres d’Arts emportées pendant l’époque coloniale par la Belgique ainsi que la remise de la relique du Premier Premier ministre de la RDC après 61 ans de son assassinat par les belges en complicité avec les américains car ses discours ont dérangé l’impérialisme sur toute l’Afrique. Le retour de Lumumba au pays de ses ancêtres est une victoire politique qui donne un signal fort aux ennemis de la RDC comme quoi, le Pays de Lumumba n’est plus seul, le Congo s’identifie par ce sphinx mondialement historique et puissant au rang de Martin Luther King, Nelson Mandela et autres figures de renom qui ont su défendre leurs pays respectifs.

Mais cela ne suffit!

Comment le Congolais devait se comporter face aux agresseurs de son pays culturellement ? Par quelle façon le peuple congolais doit user de la diversité culturelle de son pays ? Il faut tout faire.

Voyageons dans le temps pour rencontrer l’histoire afin de savoir comment les nations du monde ont su remporter les guerres et bataille sans usage des armes à feu

Pour gagner les coeurs et les esprits durant la Guerre Froide, tous les moyens étaient bons, à l’Est comme à l’Ouest. L’URSS eut d’abord un temps d’avance. Les tournées des Choeurs de l’armée rouge, des ballets du Bolchoï et du Cirque de Moscou diffusaient en Occident l’image d’une Russie pacifique, tandis qu’une intelligentsia européenne largement acquise dénonçait la «Coca-colonisation» culturelle imposée avec le plan Marshall. Les Etats-Unis organisèrent la riposte, déclarant dès 1947, par une loi votée au Congrès, la «guerre culturelle, éducative et d’information». Washington mobilisa d’énormes moyens humains et financiers pour développer ses propres missiles idéologiques, tirés par des soldats aussi divers que John Wayne, héraut du rêve individualiste yankee ou l’intellectuel français Raymond Aron. La revue «Preuves», où il écrivait, était financée par la CIA – il affirma dans ses mémoires qu’il l’ignorait.

Lire aussi  Présidentielle de 2023 : « Voilà le sauveur de la RDC, Katumbi, Candidat Auto Proclamé, Fossoyeur du Congo, le pire exacteur » [T. Monsenepwo]

Ajoutons quels anecdotes des faits divers culturels ayant renforcé la résilience

– En 1972, l’Américain Bobby Fischer battit aux échecs le Russe Boris Spassky. Et mit un terme à l’hégémonie soviétique sur les championnats du monde. Disputé à Reykjavik, en Islande, le «match du siècle» se transforma en un enjeu géopolitique. Fischer reçut même les encouragements de Kissinger.

– Fondés en 1928, les Choeurs de l’armée Rouge étaient la vitrine du soviétisme triomphant. Créé à l’origine pour soutenir le moral des troupes, l’ensemble multiplia après-guerre les tournées à l’Ouest. Drapeau, étoile rouge, faucille et marteau… Avec lui se déplaçaient les symboles de la révolution.

– Dès les années 1950, l’empire d’Elvis Presley, surnommé le «King», s’étendait jusqu’en URSS. Les copies pirates de ses enregistrements réalisées à partir des émissions de la radio Voice of America s’y arrachaient 100 $ pièce au marché noir.

– Auteur du célébrissime «In the Mood», le tromboniste Glenn Miller charma la planète avec son big band. Dès les années 1940, le jazz fit un tabac en Europe de l’Est.

– Le Bolchoï, la compagnie de danse du prestigieux théâtre moscovite, se produisit sur es scènes du monde entier Cette troupe avait été créée bien avant l’ère socialiste, en 1776.

Revenons au fait! La RDC en ce jour connaît plusieurs rendez-vous culturels qui sont stigmatisés et diabolisés par la simple raison, «il y a guerre à l’Est ». Oui ! Et après ? Faut-il arrêter de respirer, de se marier, faire des enfants ou encore quoi?

Le cas pour le Concert de réconciliation entre les fondateurs du Groupe Musical, Wenge Musika qui mettre en scène les célèbres artistes musiciens congolais Werrason, JB Mipana et Baby Ndombe pour ne citer que ceux-là. Les organisateurs et les artistes se sont convenus à déduire le 40$ de la somme qu’ils récolteront lors de ce concert magique, qui aura lieu le 30juin 2022 au Stade des Martyrs de la pentecôte à Kinshasa, au militaires de FARDC se trouvant au front. Une façon efficace de contribuer au bloc solide contre le Rwanda

Un autre rendez-vous qui pointe à l’Horizon, « le Festival de l’Espoir » initié par la Ministre de la Culture, qui aura lieu du 05 au 07 août 2022 dans la ville de Butembo au Nord-Kivu, avec comme thème : Renforçons notre résilience culturelle et artistique pour bâtir une paix durable ». Un rendez-vous qui intervient en cette période cruciale où les déplaces des zones en guerre qui se retrouvent à Butembo et aux environs, rallumeront la bougie de l’espoir.

Le patrimoine commun qui est la « Rumba » est une arme utilisable pour confondre les agresseurs avec des compositions patriotiques, excluant toute forme de division, manipulation ou xénophobie en mettant les valeurs républicaines en avant.

User de la culture, c’est motiver les FARDC au front pour multiplier la résistance contre les ennemis Ougando-rwandais

Noel Nzogu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *