Lamuka : Un château de cartes qui n’a plus que Fayulu avant de s’écrouler (Édito)

Les congolais ne devront pas s’étonner si dans un avenir proche, la Machine Lamuka n’existe plus face aux aventures que ses initiateurs ne cessent de faire jour après jour, sans scrupule, ni retenu, à cause des appétits politiques.

Par sa genèse, la plateforme politique LAMUKA a été initiée par les opposants farouches contre le régime finissant de Joseph Kabila Kabila Kabange en fin Mandat en 2018.

Plateforme LAMUKA à Genève lors de l’annonce de la Candidature Unique de l’opposition en 2018

Elle réunissait des opposants comme : Jean Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Vital Kamerhe, Freddy Matungulu, Adolphe Muzito, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et Martin Fayulu, qui eux tous étaient d’accord pour sortir le candidat commun de l’Opposition.

N’ayant pas trouvé un consensus adéquat au poids politique de chacun, des dissidences ont commencé à naître après l’annonce de Martin Fayulu comme Candidat commun de l’Opposition. Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont quitté le navire pour se constituer en CACH (Cap pour le Changement) à Nairobi. C’est le début de la fin !

À l’issue de l’élection présidentielle de Décembre 2018, le CACH remporte face au FCC ( Front Commun pour le Congo ) de Joseph Kabila avec son dauphin Emmanuel Shadary et la Plateforme Lamuka qui a porté la candidature Martin Fayulu, avant que ce dernier entre dans la danse de vérité des urnes.

Après la chute de sa candidature commune, pendant que Martin Fayulu continuait à danser au rythme de « Vérité des Urnes », l’opposition a tenu à formaliser la Plateforme Lamuka et a décidé d’instaurer un système de présidium tournant entre les caciques restants dont : Jean Pierre Bemba et son « MLC », Moïse Katumbi et son « Ensemble », Adolphe Muzito et son « Nouvel Élan », ainsi que Martin Fayulu et son ECIDE.

Lire aussi  Culture : À Kinshasa, 15 pays francophones africains participent à un Séminaire sur le Management des activités et Équipements culturels

De l’autre côté au pouvoir avec le Mariage contre-nature entre le FCC et le CACH, les choses n’ont duré que deux ans. Il y a eu à boire et à manger entre la famille politique de l’ancien Chef de l’État Joseph Kabila dont le PPRD et celle de l’actuel Chef de l’État Félix Tshisekedi dont l’UDPS, qui, ce dernier, a décidé, en fin 2020, de mettre terme à l’alliance FCC-CACH pour former l’Union Sacrée de la Nation.

Sans plus tarder, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo initie des consultations nationales pour aboutir à la composition du Gouvernement d’Union Nationale. Grâce à ce processus politique, Félix Tshisekedi a bénéficié de l’approche de Moïse Katumbi et Jean Pierre Bemba, tous deux composants du Présidium de Lamuka, qui ont répondu favorablement à l’appel du Président de la République.

Le Tandem circonstanciel

L’approche de Moïse Katumbi et Jean Pierre Bemba à Félix Antoine Tshisekedi a été considérée comme une auto-exclusion du Lamuka par Martin Fayulu et son alter ego. Les deux restants ont décidé d’évoluer ensemble comme opposants au régime Tshisekedi et le témoin désormais ne passait qu’entre ECIDE et Nouvel Élan.

Les deux frères du Grand Bandundu ont essayé de bien marcher pendant environ une année, main dans la main, jusqu’à un certain moment où des jets de projectiles vont débuter entre les deux formations politiques eu égard à la crise entre leurs leaders.

Une action mal appréhendée par son partenaire politique qui commença à le pousser à la démission du Présidium de Lamuka. Martin Fayulu justifie cet égarement par le non respect du statut qui les régit au sein de Lamuka.

Chambardement

Il y a désormais un chambardement dans la plateforme Lamuka. D’un côté Martin Fayulu à travers un communiqué annonce sa décision de chasser Adolphe Muzito de Lamuka après avoir pris connaissance de la création d’une commission électorale et de lutte contre la fraude électorale qui a publié des statistiques sur l’enrôlement des électeurs pendant la période de 2017 à 2022 au nom de Lamuka.

Le tout puissant Martin Fayulu a informé par la même occasion qu’Adolphe Muzito avait déposé sa démission du Présidium de Lamuka depuis décembre 2022 et le Collège des présidents avait pris acte le 23 janvier. Selon MAFA, Muzito et Nouvel Élan n’ont plus droit d’engager LAMUKA.

De l’autre côté au Camp de Mfumu ya Buala, le Secrétaire Général de Nouvel Élan, Blanchard Mongo a balayé tout ce qu’il qualifie de « fausseté ». Il défie Martin Fayulu d’exhiber la preuve de la démission d’Adolphe Muzito du Présidium de Lamuka.

Blanchard Mongonga révèle qu’à la composition de la Plateforme Lamuka, lorsqu’il fallait voir Fidèle Balabala pour négocier avec Jean-Pierre Bemba, Martin Fayulu n’était pas là. Non plus pour consulter Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi ou Freddy Matungulu, Fayulu était absent.

La question se pose!

Si la Plateforme qui regorgeait des poids lourds politiques comme Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Freddy Matungulu aujourd’hui partis, n’a pas pu tenir avec comme seuls chefs Adolphe Muzito et Martin, que sera la suite si le Patron de Nouvel Élan également saute à la volonté de Martin Fayulu ?

Lire aussi  RDC : « Ceux qui s'obstinent à renier leurs responsabilités dans la gestion de l'État ne font que se rendre de plus en plus répugnants aux yeux de notre peuple» [Thierry Monsenepwo]

Seul, Martin Fayulu n’aura rien à démontrer au comparatif du VRAI LAMUKA faute de manque de parti politique bien implanté, de financement et surtout de Leadership sérieux qui manque au désormais SEUL ROI DE LA JUNGLE.

Noel Nzogu

2 thoughts on “Lamuka : Un château de cartes qui n’a plus que Fayulu avant de s’écrouler (Édito)

  1. Bo za ba zoba na Muzitu na bino. Il ne sera jamais président ce voleur de Muzitu. Fayulu a plus compétence et mieux connu que le voleur de Muzitu. Muzitu a fait quoi dans son village ? Rien, Gungu est comme une ferme dans la forêt. Muzitu si tu es garçon va à l’étranger tu verras! Pas de comparaison avec fayulu l’aigle !

  2. Si Muzitu est fort qu’il laisse lamuka alors. Il était parti négocier le poste de premier ministre chez tshilombo ça n’a pas marché et il veut revenir à lamuka. Plus jamais Muzitu dans lamuka. Sa femme muluba proche de Nyakeru prend l’argent chez tshilombo pour combattre fayulu. Il est mort politiquement face à l’aigle Martin fayulu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *