30 Mars, « Journée Culturelle de l’Intemporalité » : En mémoire de Lutumba, C. KATHUNGU dévoile les œuvres nouvellement inscrites dans le registre de l’INTEMPORALITÉ

La Ministre de la Culture, arts et Patrimoine Catherine Kathungu Furaha a tenu sa première déclaration depuis sa reconduction, le 30 mars à l’occasion de la Journée Culturelle de l’INTEMPORALITÉ, célébrée chaque 30 mars, et cela a débuté en 2022 sur sa propre initiative née lors du troisième anniversaire de la disparition du Poète Lutumba Simaro.

Dans son mot, la Patronne de la Culture congolaise précise que l’initiative sur cette journée dite culturelle fait partie des recommandations du Premier Ministre notamment au 15ème Pilier du Programme de son Gouvernement Axe 61 où elle est appelée à travailler pour la réhabilitation de l’économie culturelle.

« l’Intemporalité est dans cet ordre de penser aux droits d’auteurs et à la vie sociale des artistes »

a défini Catherine Kathungu.

30 mars, une journée qui s’impose déjà dans le calendrier de la Rumba Congolaise étant donné que l’idéal demeure de disposer un travail de reconnaissance des œuvres culturelles et surtout honorer leurs auteurs.

Alors décédé le 30 mars 2019, le vécu du Guitariste rythmique, auteur compositeur, Simaro Lutumba Ndomanueno dit « Masiya », résonne encore dans les sens de Catherine Kathungu Furaha au point de lui inspirer à inscrire des nouvelles œuvres dans le registre de l’INTEMPORALITÉ du Ministère de la Culture, Arts et Patrimoines.

Lire aussi  Culture : Accueillie à Frankfurt par Zijad Junuzovic et William Balser, la Ministre Catherine Kathungu planifie l'organisation de "Queen Of The Word 2024" à Kinshasa

Nouvellement inscrites

Après avoir initié un travail intellectuel et lancé un appel de repérage des œuvres, voici la liste des œuvres, leurs catégories et auteurs énumérés par Catherine Kathungu Furaha dévoilée dans sa déclaration :

  • Dans l’Architecture nous choisissons l’immeuble Forescom, le tout premier immeuble de Kinshasa et de toute l’Afrique noire, construit entre 1923 et 1945 ;
  • En sculpture nous honorons « La Penseuse » de Maître Alfred Liyolo dont, en 1976 le Président Sénégalais disait être l’authenticité de la Négritude
    • L’une des plus belles œuvres du XXeme Siècle, sans méconnaître « la pleureuse » de son congénère Donatien Wuma, érigée devant la Cour Suprême de Justice ;
  • Dans les Arts visuels je propose les œuvres en bande dessinée Jeunes Pour Jeunes avec pour héros : Sinatra, Apolosa, Coco, Didi, Erol ;
  • Dans la musique j’annonce les titres Masuwa du poète Lutumba Simaro, Indépendance Chacha, notre premier hymne national de Grand Kallé, puis Marie-Louise de Wendo Kolosoy
    • Honorez avec moi les femmes Congolaises avec la chanson Intemporelle de M’pongo Love Ndaya sans oublier maman Vonga’YE avec NDOTA ;
  • En littérature, j’ai pensé à l’œuvre intégrale d’AntoineRoger Bolamba dit Bolamba LOKOLÉ, considéré comme le premier écrivain Congolais ;
  • Dans les Arts de scène je met au palmarès de l’Intemporalité à la fois pour le ballet et le théâtre classique « ÉPOPÉE LIANJA » un chef-d’œuvre de la Culture Mongo.
  • En parallèle, il y a dans notre classique la pièce de théâtre « Procès à Makala » de Norbert Mobyem Mikanza stigmatisant la responsabilité universelle des adultes dans l’éducation des jeunes

Ayant inscrit sa mission à la tête du Ministère dans l’optique de redéfinir et revaloriser l’identité du Congolais Catherine Kathungu Furaha prononce ce qui suit :

«…en célébrant chaque année la journée culturelle de l’Intemporalité dans mon ministère, je répond à l’orientation de son Excellence Monsieur le Président de la République, Félix-Antoine TSHISEKEDI THSOLOMBO, Chef de l’Etat, qui mise sur notre identité, notre culture afin de rayonner dans le monde ».

Signalons que la sélection ne s’arrête pas par ici, le ministère prévoit faire participer la population et les culturels. Cependant, un jury spécial composé des personnalités des onze arts de la culture aura la tâche de faire la présélection avant de soumettre au sondage public.

Noel Nzogu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *