SAMA 2 : Catherine Kathungu Furaha, « Mama Cathy », le casting salvateur pour la relance de la culture congolaise (Portrait)

« Mama Cathy », la Dame au cœur d’or », n’a pas quitté son portefeuille après le remaniement technique du Gouvernement SAMA LUKONDE, suite à la réussite de son premier mandat à la tête du Ministère de la Culture, arts et Patrimoine qu’elle dirige depuis avril 2021, une raison qui nous pousse à parler de sa nature, son parcours académique et professionnel.

Ci-dessous le portrait de Catherine Kathungu Furaha :

Il y a des personnes qui sont nées pour servir. Des personnes qui n’aiment pas voir les autres souffrir à côté d’elles. Dans ce cas, elles font tout pour les secourir ddet leur apporter une assistance, aussi minime soit-elle.

Me Catherine Kathungu Furaha, « Mama Cathy », actuelle Ministre de la Culture, art et Patrimoine de la République Démocratique du Congo fait partie de ces personnes qui toujours prêtes à servir leurs semblables.

Avocat depuis 18 ans à la Cour d’Appel du Nord-Kivu, « Mama Cathy » y est très bien connue pour sa disponibilité permanente à voler au secours des personnes démunies et défavorisées, en sa qualité d’avocat pro deo.

« Mama Cathy » est née à Goma le 26 Juin 1973.

Elle est la fille de Papa Ndungo Paul Kitakya et de Mama Kavira Dina Lusi, ses parents protestants originaires du village Kibunano, Groupement Isale-Bulambo, Chefferie des Bashu, Territoire de Beni, Province du Nord-Kivu.

« Mama Cathy » est mariée au Docteur Kanyamanda Paluku John, spécialiste en épidémiologie et expert pour l’Union Européenne dans le programme de renforcement des services de santé depuis 25 ans.

Dieu ayant béni cette union, Mama Catherine Kathungu Furaha est mère de 4 enfants dont deux garçons et deux filles mais aussi grand-mère de deux petits-fils.

Une très grande activiste des droits de l’homme

A cet effet, elle a créé l’ONG « Femmes Juristes pour les Droits de la Femme et Enfants » (FJDF). C’est à travers cette ONG qu’elle a pu donner la pleine mesure de ses capacités et assouvir la passion qui lui tient à cœur, celle de lutter en faveur des opprimées au travers d’un vaste programme d’accompagnement judiciaire et de réinsertion socio-économique.

Son engagement dans la défense des opprimés, son abnégation, son implication et sa disponibilité sont très appréciés de ses camarades de la Société Civile.

Afin de mieux aider les victimes des violations des droits de l’homme, « Mama Cathy » n’agit pas seule. Elle travaille dans un réseau d’associations tant au niveau local, national qu’international.

Au nombre de ces plates-formes des organisations de défense des droits humains au sein desquelles elle milite activement, on peut citer à titre illustratif :

  1. Le SIDH : Service Intervention de Droit de l’Homme;
  2. Le GADHOP : Groupe d’Association de Droit de l’Homme et de la Paix;
  3. La SAFDF : Solidarités des Associations Féminines pour les Droits de la Femme et de l’enfant;
  4. Le CREDHO: Centre de recherche et d’études sur les droits de l’homme.

Redonner espoir

Sa participation dans la conception, l’élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation des projets exécutés par ces plates-formes est fort remarquable.

Travailleuse et philanthrope de nature, « Mama Cathy » est aidée dans son travail grâce à ses contacts avec des nombreux organismes à travers le monde.

Son combat en faveur des personnes défavorisées et à risque de vulnérabilité n’a pour objectif que de leur redonner de l’espoir et du sourire.

Des qualités intellectuelles et humaines éprouvées

Me Catherine Kathungu Furaha est une intellectuelle de grande valeur avec plusieurs formations spécialisées à travers le monde. Ses qualités humaines sont également facilement perçues pour peu qu’on la fréquente.

Diplômée d’État en Pédagogie Générale à l’Institut Pédagogique Maendeleo de Goma, elle obtiendra un parchemin de Graduat en Droit Public interne et international à l’Université Libre des Pays de Grands-Lacs (ULPGL/GOMA) avant de décrocher une licence en Droit Public interne et international dans la même Université.

En plus de ses compétences et son expertise scientifiques avérées, Madame Catherine Kathungu Furaha jouit des remarquables qualités humaines et professionnelles, notamment le travail d’équipe, la communication aisée, la résolution des problèmes et esprit critique, l’adaptabilité, la rédaction aisée des actes, la résistance au stress, l’esprit d’initiative et une attitude positive.

Faire la politique pour servir davantage

Faire la politique, c’est avant tout servir les autres. La politique est un service. Ce qu’elle faisait déjà dans un cadre limité, elle pouvait l’étendre dans un cadre plus large en intégrant la politique pour la bonne cause.

Alors qu’elle était Vice-Présidente de la Société Civile Urbaine de Butembo, grâce à son influence et aux actions concrètes menées sur le terrain dans le Nord-Kivu, Catherine Kathungu Furaha a intégré le Parti Politique « Union pour la Nation Congolaise » (UNC) de Vital KAMERHE, membre de l’Union Sacrée de la Nation, en vue de matérialiser la vision du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Kathungu Furaha a, alors intégré le Gouvernement central congolais piloté par le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge le 12 avril 2021, date correspondante à sa nomination.

Des empreintes indélébiles

Madame Catherine Kathungu a hérité d’un portefeuille dont l’obsolescence et l’inexistence des textes légaux étaient perceptibles à l’œil nu.

C’est ainsi que sous son leadership, plusieurs initiatives, réalisations et actions, ont été amorcées et bouclées.

Elle a notamment travaillé d’arrache-pied sur l’aboutissement d’une loi déterminant les principes généraux de la culture et des arts ou mieux la politique culturelle en RDC.

Elle a aussi initié le projet de décret portant création d’une commission nationale chargée du rapatriement des biens culturels, des archives et des restes humains soustraits du Patrimoine culturel congolais, CNR/PCC en sigle.

D’autres projets à son actif concernent celui d’Ordonnance-Loi sur la propriété littéraire et artistique et celui de la réforme du cadre organique de l’administration de la culture et des arts.

Cette énumération est loin d’être exhaustive car il y a, toujours à son actif, bien d’autres documents pouvant constituer un arsenal juridique et légal actualisé du secteur culturel congolais gage pour le bien être des artistes et des opérateurs culturels.

Par ses divers plaidoyers divers, elle s’est investie dans le dossier de la Rumba Congolaise, jusqu’à son inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO.

Dans ce chapitre, il est très important de souligner que Madame Catherine Kathungu Furaha est la Ministre qui a concilié les descendants des esclaves se trouvant à Panama Porto Bello avec leurs origines de Nsiamfumu au Kongo Central, village qui servait de point de négoce, d’achat et d’embarquement des esclaves.

Les intérêts des créateurs des œuvres d’esprit avant tout

Catherine Kathungu a réussi à mettre fin à la crise qui secouait la Société Congolaise de Droits d’auteurs et droits voisins, SOCODA COOP-CA, et a initié la libéralisation de la gestion et perception des droits des artistes.

Elle s’est battue pour l’identité culturelle congolaise dans les onze arts et a signé des partenariats et un jumelage entre la ville italienne de Herculano et Butembo mais aussi entre Sant’Antimo et Bunkeya.

Cathérine Kathungu Furaha est aussi celle qui a emmené grâce à son plaidoyer l’Etat congolais à travers le Fonds de Promotion de la Culture FPC à financer des activités culturelles à Butembo.

Ces activités qui se sont déroulées dans la « Semaine Culture Edition 2023 » ont vu des artistes du Gospel se produire, puis les artistes de la musique urbaine et a abouti par un grand concours dénommé « Talent Détection 2023 » et qui a permis au gouvernement de la RDC d’avoir une base des données des jeunes talents auxquels il peut recourir en cas de besoin notamment dans le cadre du jumelage culturel entre Butembo et Herculano.

Catherine Kathungu Furaha lutte afin que le Ministère qu’elle dirige cesse d’être un appendice dans les actions du Gouvernement, elle plaide pour l’amélioration du crédit de la Culture dans le Budget de l’État.

Autant d’actions et bien d’autres encore qui font qu’en très peu de temps, Me Catherine Kathungu Furaha aura déjà marqué l’histoire de la culture en RDC.

De ce qui précède, Me Catherine Kathungu Furaha a de nouveau mérité la Confiance du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui l’a reconduite au Poste de Ministre de la Culture, arts et Patrimoine depuis le Vendredi 24 mars 2023 pour continuer à porter haut l’étendard de la Culture de la RDC.

Noel Nzogu

1 thought on “SAMA 2 : Catherine Kathungu Furaha, « Mama Cathy », le casting salvateur pour la relance de la culture congolaise (Portrait)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *