RDC : F. Tshisekedi crie contre l’intolérance politique et la violence qu’a été victime M. Fayulu à Tshikapa

Pendant son périple pré-électoral dans la région du Kasaï, Martin Fayulu a fait face à une intolérance politique. À Tshikapa, sa caravane a été attaquée samedi par des individus se réclamant du parti au pouvoir. Des projectiles ont été lancés et un pare-brise a été brisé, dans une tentative d’entraver le rassemblement du candidat à la présidentielle dans la ville.

Malgré ces incidents, le meeting a finalement eu lieu sur le terrain Kalay, dans la commune de Dibumba, où Martin Fayulu a fermement condamné ces actes. Il a plaidé en faveur de l’unité, de la cohésion nationale et a appelé les partisans de l’UDPS à mettre fin à la violence à l’encontre des opposants politiques.

Par le biais de sa porte-parole, Tina Salama, Félix Tshisekedi a exprimé son regret face à cette intolérance politique dont Martin Fayulu a été victime. Sans nommer directement les auteurs de ces violences, il a fait allusion à certains compatriotes et a fermement condamné ces actes anti-démocratiques. Il a exhorté le peuple congolais à faire preuve de tolérance et de citoyenneté envers tous les candidats.

Ce n’est malheureusement pas la première fois que des incidents ciblent les opposants politiques dans cette région du pays. Fin juillet, Delly Sesanga, un autre candidat déclaré à la présidentielle, a été agressé alors que son cortège traversait les rues de Kananga, dans la province de Kasai-central. Il a été touché à la tête par un projectile lancé par un agresseur non identifié. Un véhicule transportant un groupe de journalistes qui couvraient cet événement a également été pris pour cible, entraînant des blessures légères pour certains reporters.

Lire aussi  25 ans du Mwami Mwenda Bantu de Bunkeya : Catherine Kathungu Furaha sur la Route de la Tête du Roi M'siri 1er

Delly Sesanga a réagi à l’incident de Tshikapa en condamnant ces actes de violence à l’encontre de Martin Fayulu et de ses partisans. Il a qualifié cette intolérance politique institutionnalisée d’inacceptable dans une démocratie. Il a appelé à une lutte collective contre ces pratiques et a prôné la refondation du Congo afin de rétablir le respect de la loi et de garantir la liberté pour tous les Congolais, sans distinction, sur l’ensemble du territoire national.

Youssef Branh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *