Répression de la Marche de l’opposition : « Qui sont les responsables des milices équipées de machettes qui ont été déployées dans la rue ? » Question orale du Député National Ados Ndombasi à Péter Kazadi

Ados Ndombasi veut avoir des explications de Peter Kazadi, Ministre de l’Intérieur sur la répression de la marche

Ayant mobilisé et pris part à la Marche du 20 Mai 2023, l’élu de la FUNA, le Député National Ados Ndombasi a condamné la répression des forces de l’ordre qui n’ont pas permis aux leaders de l’opposition de Marcher selon leur itinéraire.

Ce cadre de l’ECIDE de Martin Fayulu se demande si ces éléments de la police nationale congolaise auraient reçu l’ordre de passer à tabac les manifestants eu égard aux nombres de victimes que le bloc Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Augustin Matata et Delly Sesanga a dressé comme bilan.

Ados Ndombasi remet en cause le comportement des hommes en uniforme qui ont été aperçus dans une vidéo devenue virale où les policiers étaient entrain de torturer et molester un mineur de 9 ans sans défense.

Sa grande question adressée au Ministre de l’intérieur Peter Kazadi s’articule de la manière suivante :

« En vue de l’application des sanctions exemplaires, pourriez-vous identifier, devant le peuple congolais qui a le droit de le savoir, qui sont les policiers ayant tabassé et blessé les militants de l’opposition ainsi que les responsables des milices équipées de machettes qui ont été déployées dans la rue lors de la marche du 20 mai 2023 ? »

Conformément aux dispositions des articles 138 de la Constitution et 170 du Règlement intérieur, nous nous faisons le devoir de vous adresser la présente correspondance dont l’objet est émargé en concerne.

A la suite de la marche du 20 mai 2023 organisée en toute régularité par les partis de l’opposition conformément aux dispositions de l’article 26 de la Constitution, nous avons l’amertume d’attirer votre attention sur les actes de barbarie délibérément commis par les éléments de la Police nationale congolaise.

Les faits sont tels que les manifestants ont été brutalement molestés et un enfant de 9 ans bastonné par les agents de l’ordre censés encadrer la manifestation. De ce fait, d’aucuns se posent cette question légitime : Ces éléments de la police auraient-ils reçu l’instruction formelle de passer les manifestants à tabac ?

Il est grand temps de remettre en question les comportements de nos policiers.

A ce sujet, ce n’est un secret pour personne que la conduite de notre police laisse beaucoup à désirer. Il ne se passe pas un seul jour sans que l’on ne déplore dans le chef des policiers des tracasseries par ci et des bavures par là.

Il est inconcevable que pour une manifestation publique pacifique, la police déploie la grosse artillerie comme s’il s’agissait d’une émeute ou d’une insurrection.

Rien ne saurait justifier qu’une marche pacifique dégénère en une tragédie faisant une centaine de blessés dont cinq grièvement, 5 sont entre la vie et la mort à l’Hôpital OLYMPICS sur 24 novembre et une maman morte laissant ses enfants orphelins.

En définitive, les agissements inconvenants de nos policiers constatés lors de cette marche, ont suscité de multiples questions notamment sur les critères de recrutement au sein de la Police nationale congolaise, le type de formation qui leur est dispensée, les équipements mis à leur disposition ainsi que sur le solde des policiers.

Ainsi, en tant qu’autorité hiérarchique de la Police Nationale Congolaise en vertu de l’Ordonnance fixant les attributions des ministères, nous vous invitons à répondre à la question suivante :

En vue de l’application des sanctions exemplaires, pourriez-vous identifier, devant le peuple congolais qui a le droit de le savoir, qui sont les policiers ayant tabassé et blessé les militants de l’opposition ainsi que les responsables des milices équipées de machettes qui ont été déployées dans la rue lors de la marche du 20 mai 2023 ?

Dans l’assurance que vos réponses éclaireront nos préoccupations, veuillez agréer, Monsieur le vice premier Ministre, l’expression de notre parfaite considération.

Honorable Ados NDOMBASI BANIKINA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *