31ème Éd. de la FILH : À Cuba, C. Kathungu Furaha a visité la Case africaine et le Musée de la Musique, des conservatoires du patrimoine des afro-descendants

Palper du doigt la pénétration du Patrimoine africain et la percée de la Rumba dans l’un ses origines, notamment le Cuba, est le plus grand objectif du séjour de Catherine Kathungu Furaha, Ministre de la Culture, Arts et Patrimoine en Amérique.

Invitée à participer à la 31ème Édition de la Foire Internationale du Livre de la Havane au Cuba par son homologue le ministre de la culture cubain, Alpidio Alonso GRAU, la Ministre de la CAP, Catherine Kathungu Furaha qui est accompagnée de son Directeur de Cabinet Joseph Ibongo et certains autres membres de son cabinet.

La Foire Internationale du Livre de la Havane a débuté le 9 février et va se clôturé le 19 février 2023. Ces assises se déroulent à la Forteresse San Carlos de la Cabaña.

Pour cette nouvelle édition de la FILH, la République de Colombie est le pays invité d’honneur, elle est représentée par sa Vice-présidente Francia Márquez qui est accompagnée d’écrivains et d’artistes ainsi qu’un grand nombre d’éditeurs colombiens et Afro-descendants.

Poursuivant ses découvertes dans la République sœur à la RDC, notamment la République de Cuba, la Ministre de la Culture, art et Patrimoine, Catherine Kathungu Furaha a visité deux Musées, la Case africaine et le musée de la Musique

« Pour la première visite de la Case africaine, nous avons trouvé une salle de classe dite « école de musée » où il y a une dizaine d’élèves qui viennent garder le lien avec le patrimoine de la mère Afrique. Ces enfants sont en contact avec divers objets artistiques offerts par les leaders africains et il y a une représentation de différentes cultures africaines notamment du Nigeria, du Congo Brazza, de l’Angola, de l’Afrique du Sud, de l’Éthiopie, de la Zambie et également nous avons beaucoup vu les costumes africains qui ont été mis en valeur. Pour ce musée les objets liés à la religion représentent beaucoup plus le Vodu, qui apparaît avec le Yoruba et certains rituels autour de la religion. Nous avons entendu dans les explications que les religions africaines apparaissent masquées parce que la religion acquise était catholique »

a appris la Ministre Catherine Kathungu Furaha.

Des découvertes purement africaines

« Malgré la religion et la colonisation, l’identité n’a pas pas disparu, la culture africaine a réussi à survivre malgré la domination espagnol, leur colons »

a t-elle fait savoir.

S’agissant du Musée de la musique, la Providente Catherine Kathungu Furaha a contemplé les instruments que les esclaves avaient utilisé pour jouer la musique.

« Nous avons vu le tambour, l’instrument qui prédomine la musique urbaine et nous avons vu que la provenance des peuples revient de la côte africaine allant du Nigeria, descendant en République Démocratique du Congo où sont passés les esclaves pour atteindre le Cuba. À côté de Tambour, il y a la guitare, et nous nous sommes arrêtés à contempler les sortes de Tambours et de guitare et bien d’autres instruments accompagnateurs »

, a t-elle poursuivi.

Partenariat CUBA/RDC

Au terme de la ronde qu’a effectuée la délégation congolaise, il a été convenu entre les deux parties, notamment le Cuba et la RDC, à créer un partenariat entre les musées congolais et du Cuba.

« Ce partenariat sera présenté comme quelque chose qui attache le Congo aux afro-descendants. C’est un lien très fort qui existe déjà et qui a besoin d’être renforcé par rapport au fait que la coopération culturelle au niveau des accords fera asseoir une relation saine. Nous allons nous réfléchir avec l’ambassadeur sur une coopération bilatérale »

a déclaré Catherine Kathungu.

Une formation de guide est en vue et une formation sur la restauration des objets culturels, de Musique et de la tradition.

Noel Nzogu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *