RDC : le trouble « Autisme » désormais une question de Santé Publique grâce à l’Asbl NLC qui mène un plaidoyer pour sa prise en charge

L’hôtel Sultani, situé dans la commune de la Gombe à Kinshasa, a servi de cadre au déroulement du tout premier congrès sur l’autisme en République Démocratique du Congo qui s’est tenu le Vendredi 12 avril 2024.

Mampunza Ma Miezi, Président du congrès a souligné que l’Autisme est un problème de santé public qui est malheureusement laissé au second plan.

Ce dernier a précisé que le diagnostic et la prise en charge de l’Autisme requièrent une approche multidisciplinaire et s’appuient sur la famille et la société.

« Le problème est tellement important qu’il est tout à fait dangereux de le laisser seul aux mains des médecins pédopsychiatres à sauter seuls, ils sont incapables, c’est notre devoir à nous tous médecins, psychologues, sociologues, parents, responsables de différents secteurs, c’est nous tous qui devrons apporter la solution à ce problème »

a-t-il interpellé.

D’après Mampunza Ma Miezi, « l’autisme est un trouble qui commence avant 3 ans. Cette maladie est caractérisée essentiellement par des problèmes de communication verbale et non verbale les personnes autistes soufflent du déficit de réciprocité sociales et émotionnelle ».

Mado Madiya Fikula, organisatrice du congrès, a de son côté évoqué que les personnes autistes sont bénéficiaire du droit constitutionnel.

« Les personnes autistes en RDC à ce titre sont éligibles aux mêmes avantages sociaux que les autres membres de la société. C’est ici qu’intervient la problématique de leur inclusion sociale à travers la prise en charge sociale médicale, professionnelle, culturelle et spirituelle »

a t-elle martelé.

La mauvaise connaissance du trouble du spectre autistique a conduit NLC aujourd’hui à réunir les experts pour un travail de fond dans ce forum en valeur technique et scientifique comme Moyen objectif de sensibilisation à travers les thèses proposant et vérifiables.

Lire aussi  Maniema : plusieurs cas de diarrhée suivis de décès enregistrés dans le territoire de Kabambare, les autorités sanitaires alertées

À entendre Mado Madiya Fikula l’autisme devrait bénéficier du même intérêt d’études que les autres troubles pour éviter la stigmatisation pour modifier le regard méprisant du public et éloigner les idées dans le but de mettre fin aux rejets, aux violences,aux traitements que subissent les autistes.

Autisme « Art inné sans effort »

Le Professeur Henri Kalama, Directeur Général de l’Académie des Beaux-Arts, a soulevé que les personnes autistes créent des sons et de mélodies qui reflètent leurs expériences grâce à la musique.

« On peut dire que beaucoup de personnes autistes écrivent des textes ou des poésies puissante et elles arrivent, ainsi comme des poètes le font, à trouver des mots forts ou encore en tant que artiste visuel à trouver les images fortes pour exprimer leurs sensibilités être sec de ce fait en fournissant un large éventail » a expliqué Henri Kalama.

Le patron de l’Académie des beaux-arts a dit que les autistes exprimer leurs idées avec de création artistique par l’image, la lumière ou encore la musique.

Depuis un certain moment, NLC asbl plaide pour la prise en charge des personnes autistes. Cette association sans but lucratif a déjà organisé plusieurs descentes à Kinshasa et dans la province du Kongo Central afin d’intensifier le message. Elle est la première structure non gouvernementale à organiser un congrès scientifique sur l’autisme en République Démocratique du Congo.

NLC asbl est à l’active de Mado Madiya Fikula qui en est l’initiatrice grâce à son implication, la question de l’autisme qui n’était presque pas abordée, est devenue une question de Santé Publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *